Lisinopril ou carvedilol ne préviennent pas les cardiomyopathies sous immunothérapie

Mis à jour le mercredi 14 mars 2018
dans
Late breaking trial ACC. 18

Cette étude prospective a comparé lisinopril et carvedilol au placebo chez 468 patientes présentant un cancer du sein HER2 + traitées par trastuzumab avec ou sans anthracyclines.

L’objectif principal porte sur l'altération de la fonction VG évaluée par la baisse de FEVG ≥ 10 %.  A côté de l’effet préventif de la cardiotoxicité des traitements, on a évalué l’impact du traitement par anthracycline.

On retrouve le même taux d’évènements induits par le trastuzumab quel que soit le traitement, lisinopril, carvedilol ou placebo avec des taux similaires d’arrêt de traitement.

Chez les patients à haut risque, un traitement par lisinopril ou carvedilol peut être envisagé pour limiter les évènements quand le trastuzumab est associé aux anthracyclines.

Par Serge Kownator d'après la présentation de M.E. Guglin (Lexington, USA )

Dépêche précédente

Pas si asymptomatiques que cela !

Dépêche suivante

Le coiffeur est utile pour contrôler l’hypertension !

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire