Les statines en amont associées à moins de décès chez les personnes avec des problèmes cardiaques hospitalisées pour Covid-19

Publié le mardi 27 juillet 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 19 juillet 2021 (APMnews) - La prise de statines, couplée ou non avec des médicaments contre l'hypertension, en amont de l'hospitalisation, réduirait de 32% le risque de décès des patients hospitalisés pour Covid-19 avec des antécédents de maladie cardiovasculaire ou d'hypertension, selon une étude publiée dans Plos One.

Les statines ont des propriétés anti-inflammatoires et immunomodulatrices susceptibles de réduire la sévérité du Covid-19, caractérisées par des dysfonctions d'organes liées à une inflammation sévère, soulignent Lori Daniels de l'université de Californie à San Diego et ses collègues.

Les données utilisées dans l'étude sont issues du registre des maladies cardiovasculaires et Covid-19 de l'American Heart Association (AHA). Elles rassemblent des informations sur les dates d'entrée et de sortie, l’âge, le sexe et les antécédents médicaux de 10.541 patients hospitalisés pour Covid-19, entre janvier et septembre 2020, dans 104 hôpitaux des États-Unis.

Sur les 15.673 entrées initiales du registre, ont été exclues les données des patients de moins de 40 ans (2.062 dossiers), diagnostiqués positifs au Covid-19 après leur sortie (319 dossiers), transférés dans un autre hôpital (2.617 dossiers) et de ceux dont certaines données étaient manquantes (80 dossiers).

Au total, 55% des patients étaient des hommes, et l'âge moyen était de 66 ans. En amont des admissions, 42% des patients utilisaient des statines, dont 83% prenaient en parallèle un antihypertenseur. Concernant les comorbidités, 66% des patients avaient des antécédents d'hypertension, 41% étaient obèses, 40% avaient du diabète, 40% avaient une dyslipidémie et 32% une maladie cardiovasculaire. Au total, 71% des patients avaient des problèmes d'hypertension, cardiovasculaires ou les deux.

Les effets bénéfiques des statines plus forts chez les patients avec une pathologie préexistante

Après ajustement en fonction d'un score de propension, l'étude montre que parmi les patients avec des antécédents de maladie cardiovasculaire et/ou d'hypertension, la prise de statines en association ou non à un traitement antihypertenseur est associée à une diminution significative de 32% du risque de décès et de 20% du risque de conséquences graves lors d'une hospitalisation pour Covid-19.

Lorsque les patients n'avaient pas d'antécédents de maladie cardiovasculaire ni d'hypertension, l'utilisation de statines et/ou d'antihypertenseurs était associée à une baisse de 16% du risque de décès et de 8% du risque de conséquences graves, mais ces réductions n'étaient pas statistiquement significatives.

Sur les 10.541 patients de l'étude, 2.212 sont décédés, soit 21%, et 4.161 ont eu des conséquences graves. Aussi, 30% ont été admis en unité de soins intensifs et 19% ont nécessité une ventilation mécanique.

Les auteurs ont également mené une analyse permettant d'évaluer l'effet des médicaments sur l'ensemble de la population d'étude, suivant "un modèle de régression logistique multivariable" qui compare des "patients similaires qui ont ou n'ont pas pris des statines ou des antihypertenseurs", qu'ils aient ou non une pathologie sous-jacente. Avec cette analyse, les patients prenant des statines seules enregistrent une baisse de 46% du risque de décès par rapport à des patients sans ce traitement.

Toujours selon ce modèle, les risques de développement de formes graves de la maladie chutent de 25% environ avec la prise de statines, seules ou en complément d'antihypertenseurs.

De leur côté, les antihypertenseurs en prise seule étaient associés à une baisse de 27% des risques de décès et de 11% du risque de forme grave.

Finalement, les effets bénéfiques des statines sont plus prononcés chez les patients Covid-19 avec des troubles sous-jacents cardiovasculaires ou d'hypertension, que chez les patients "en bonne santé".

"Cela consolide l'hypothèse que le bénéfice majeur de ces médicaments [les statines] découle des soins et de la stabilisation de la maladie sous-jacente" par le médicament, estiment les chercheurs.

Cette étude est, à la connaissance des auteurs, la première "à analyser les effets des statines sur les conséquences du Covid-19 sur une population 'saine' sans maladie cardiovasculaire ou problème d'hypertension sous-jacent", bien que des études observationnelles antérieures aient montré que les statines peuvent réduire la gravité des infections par le Sars-CoV-2.

Cette protection pourrait notamment être due à "un effet cardioprotecteur limitant les lésions myocardiques", "un effet inhibiteur direct", "des effets anti-inflammatoires, une modulation du système immunitaire, une réduction du stress oxydatif ou une amélioration des fonctions des cellules endothéliales".

Par ailleurs, l'étude pointe plusieurs limites. D'abord, "l'incapacité à évaluer l'utilisation des statines et des antihypertenseurs pendant l'hospitalisation, ni les associations spécifiques ou les dosages de statines". Mais aussi, le fait que l’étude s'étende de janvier à septembre 2020, et donc qu'elle "n'inclu[e] pas la dernière et plus grosse vague d'hospitalisations pour Covid-19".

Source: APMnews

Mots clés: Médicament Médicament , Prévention Prévention

Dépêche précédente

Plus de 220.000 nouveaux patients traités chaque année par anticoagulants oraux pour une fibrillation atriale en France

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire