Les inducteurs de l'érection de type PDE5i réduiraient la mortalité chez les hommes ayant une maladie coronarienne stable

Publié le vendredi 2 avril 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 25 mars 2021 (APMnews) - Les médicaments inducteurs de l'érection de la classe des inhibiteurs de la phosphodiestérase 5 (PDE5i) seraient associés à une réduction de la mortalité des hommes ayant une maladie coronarienne stable, selon une étude suédoise publiée par le Journal of the American College of Cardiology.

Dans une précédente étude menée sur une cohorte d'homme suédois ayant déjà eu un infarctus du myocarde et traités pour une dysfonction érectile, la prise d'inhibiteurs de la phosphodiestérase 5 -famille dont le produit le plus connu est le sildenafil (Viagra*, Pfizer)- avait été associée à une réduction de la mortalité et des risques cardiovasculaires.

Pour confirmer ces résultats, cette nouvelle étude avait pour objectif de comparer l'efficacité de deux traitements utilisés dans les dysfonctions érectiles - les PDE5i et l'alprostadil qui a un mode d'action différent, chez des hommes atteints d'une maladie coronarienne stable et d'une dysfonction érectile.

Daniel Andersson de l'Institut Karolinska à Stockholm et ses collègues ont notamment analysé le taux de mortalité toutes causes confondues ainsi que le risque d'infarctus du myocarde, de maladie artérielle périphérique, d'accident vasculaire cérébral (AVC), le nombre d'hospitalisations pour insuffisance cardiaque et de revascularisation cardiaque ainsi que le taux de mortalité par maladies cardiovasculaires.

Pour ce faire, ils ont utilisé les données de plusieurs registres suédois (médicaments prescrits, données socio-économiques, matrimoniales et décès).

L'étude statistique a inclus 16.548 hommes traités par PDE5i et 1.994 par alprostadil entre 2006 et 2013, tous ayant déjà eu un infarctus du myocarde, une intervention coronarienne percutanée ou un pontage coronarien. Les patients ont été suivis pendant une durée moyenne de 5,8 ans.

Les résultats montrent que le groupe sous PDE5i est associé à une mortalité toutes causes confondues plus faible que celui de l'alprostadil. Ainsi, il y a eu 14% de décès dans le groupe PDE5i contre 26% chez les sujets traités par alprostadil. "Les patients traités par PDE5i présentaient un risque de décès inférieur de 12% par rapport aux hommes traités par alprostadil", résument les auteurs.

Quant à la mortalité de cause cardiovasculaire, elle était respectivement de 5,1% et 10,6%.

Les PDE5i pourraient avoir aussi un effet protecteur sur l'infarctus du myocarde. Il y a eu 9,4% d'infarctus contre 15% avec l'alprostadil. Même constat concernant les hospitalisations pour cause d'insuffisance cardiaque, moins nombreuses avec les PDE5i, avec 5,5% d'événements comparé à 12% dans le second groupe.

L'usage des PDE5i serait également associé à un nombre de revascularisations moins important chez les patients. Ainsi, 13,1% des hommes ayant suivi le traitement PDE5i ont eu une revascularisation, contre 21% chez les patients sous alprostadil.

Ainsi, les PDE5i diminuaient de "19% le risque d'infarctus du myocarde et de 25% celui d'insuffisance cardiaque", notent les auteurs. Le résultat le plus notable a été trouvé pour la revascularisation cardiaque: ils diminuaient le risque de 31%.

Concernant les risques de maladie artérielle périphérique et d'AVC, les auteurs notent qu'ils ne sont "pas plus faibles chez les hommes utilisant les PDE5i par rapport à l'alprostadil".

Toutefois, des essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour consolider l'ensemble de ces résultats et "clarifier l'effet des inhibiteurs de la phosphodiestérase 5 sur les risques de décès et d'événements cardiovasculaires récurrents chez les patients avec maladie coronarienne stable".

Source: APMnews

Mots clés: Médicament Médicament , Prévention Prévention

Dépêche précédente

Infarctus ST+ : la mortalité à 30 jours accrue chez les patients sans facteur de risque cardiovasculaire modifiable

Dépêche suivante

Pas d'augmentation des thrombo-embolies chez les patients Covid-19 non hospitalisés

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire