Le ticagrelor équivalent au clopidogrel dans les syndromes coronaires aigus dans une étude observationnelle

Publié le mercredi 29 janvier 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 27 janvier 2020 (APMnews) - L'anti-agrégant plaquettaire ticagrelor (Brilique*, AstraZeneca) ne s'est pas montré supérieur au clopidogrel en traitement de patients ayant eu un syndrome coronaire aigu traité par intervention coronaire percutanée, dans une étude observationnelle canadienne publiée dans le JAMA Internal Medicine.

Ce résultat dans la "vraie vie" va à l'encontre de celui de l'étude PLATO qui a montré une supériorité du ticagrelor, avec une baisse de 16% des événements cardiovasculaires majeurs et une baisse de 22% des décès.

Mais "les patients vus en pratique de routine peuvent différer à plusieurs niveaux de ceux inclus dans les essais cliniques", notamment en termes de gravité et de comorbidités, et d'observance du traitement, rappellent Ricky Turgeon de l'hôpital général de Vancouver et ses collègues.

Ils ont conduit une étude de suivi sur un an de 11.185 patients ayant eu une intervention coronaire percutanée pour un SCA, dont 36,4% ont reçu un traitement anti-agrégant avec le ticagrelor et les autres ont reçu du clopidogrel. Les auteurs indiquent que la même proportion de patients dans les deux groupes, 79%, étaient considérés comme entrant dans les critères d'éligibilité de l'étude PLATO.

Un événement cardiovasculaire majeur (décès, hospitalisation pour SCA, revascularisation coronaire non planifiée, thrombose de stent) a été observé chez 11,6% des patients prenant du clopidogrel et 10,3% de ceux prenant du ticagrelor. Mais cette légère baisse de risque n'est pas statistiquement significative, dans une analyse prenant en compte l'âge, le sexe, les comorbidités cardiovasculaires.En revanche, les chercheurs ont noté que le risque de saignement majeur était significativement augmenté, de 51%.

Le risque de passage aux urgences pour dyspnée était doublé. Bien que la dyspnée sous ticagrelor soit généralement légère et transitoire, elle peut parfois persister et altérer la qualité de vie, rappellent les chercheurs.

Ils estiment que la différence entre leurs résultats et ceux de l'étude PLATO pourrait venir notamment du fait que dans celle-ci, réalisée il y a plus de 10 ans, les patients avaient reçu principalement des stents nus ou des stents actifs de première génération, ce qui diffère de la situation actuelle.

De plus, alors que les patients de la cohorte canadienne étaient inclus dans l'évaluation après leur sortie de l'hôpital, PLATO incluait les patients plus précocement et a compté des événements survenus durant la phase hospitalière.

Ils notent qu'une autre étude de cohorte, CHANGE DAPT aux Pays-Bas, n'avait pas non plus trouvé de différence entre le ticagrelor et le clopidogrel.

Tous ces résultats "suggèrent que la puissance supérieure du ticagrelor pourrait ne pas se traduire pas par une augmentation d'efficacité à l'époque actuelle où on utilise des stents de deuxième génération, particulièrement après la sortie de l'hôpital", concluent-ils.

Source: APMnews

Image par défaut

Programme Scientifique : Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie (JE SFC 2020) — Compétition des cardiologues du futur

Relation entre la réponse au ticagrelor et la reperfusion myocardique au cours de l’angioplastie primaire d’un syndrome coronarien aigu avec sus-décalage du segment ST

Intervenant: Thibaut Heudel

Mots clés: Coronaire Coronaire , Médicament Médicament

Dépêche précédente

Ischémie aiguë des membres: le traitement endovasculaire associé à une meilleure évolution que la chirurgie

Dépêche suivante

Risque élevé de thrombo-embolie veineuse chez les insuffisants cardiaques

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire