Le risque de décès plus important lorsque la fibrillation atriale est diagnostiquée après un AVC

Publié le mercredi 24 février 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 23 février 2021 (APMnews) - Les patients chez qui une fibrillation atriale est diagnostiquée après un accident vasculaire cérébral (AVC) ont un risque accru de décès toutes causes, indépendamment de leurs comorbidités, selon une étude américaine.

L'association entre fibrillation atriale et AVC est globalement bien acceptée. Mais l'enregistrement prolongé du rythme cardiaque suggère qu'un AVC peut être la manifestation initiale d'une fibrillation atriale et elle peut être diagnostiquée après un AVC jusqu'à 25% des patients, selon les études, rappellent Anjali Bhatla de l'University of Pennsylvania School of Medicine à Philadelphie et ses collègues dans Neurology.

Des études ont montré que par rapport aux patients victimes d'AVC avec une fibrillation atriale déjà connue, ceux dont la fibrillation atriale a été diagnostiquée après un AVC présentent moins de comorbidités cardiovasculaires. En revanche, les données sont discordantes pour leur pronostic.

Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé la base de données des centres cliniques de la faculté de médecine de Pennsylvanie où des patients ont passé un électrocardiogramme (ECG) entre le 1er juin 2004 et le 31 décembre 2009, sans antécédent de fibrillation atriale ni d'AVC, soit 56.835 patients. Parmi eux, 1.489 ont eu un premier AVC au cours d'un suivi jusqu'au 31 décembre 2013.

Les chercheurs ont distingué quatre groupes selon la relation temporelle entre l'AVC et la fibrillation atriale :

  • 985 patients qui n'avaient aucun signe de fibrillation atriale avant leur AVC ou à aucun moment jusqu'à la fin de l'étude au 30 juin 2017
  • 215 patients qui avaient été diagnostiqués avec une fibrillation atriale avant la survenue de l'AVC
  • 160 patients avec une fibrillation atriale diagnostiquée dans les six mois suivant l'AVC (au moment de l'AVC compris)
  • 129 patients avec une fibrillation atriale diagnostiquée au moins six mois après l'AVC.

Au cours d'un suivi de 4,9 ans en médiane, 686 patients sont décédés et la mortalité annualisée était respectivement de 8,8%, 12,2%, 15,8% et 12,7% dans les quatre groupes.

Après ajustement multivarié des données, notamment les caractéristiques démographiques, les facteurs de risque cliniques et les médicaments antithrombotiques, il apparaît que les patients dont la fibrillation atriale diagnostiquée dans les six mois après la survenue d'un premier AVC présentaient le risque de décès toutes causes le plus élevé, accru significativement de 62% sur le plan statistique par rapport aux patients ayant eu un AVC mais sans fibrillation atriale.

L'ensemble des patients dont la fibrillation atriale a été diagnostiquée après leur AVC présentaient un risque de décès toutes causes augmenté de 50%, après ajustement également pour les caractéristiques démographiques, les facteurs de risque cliniques et les médicaments antithrombotiques.

Chez les patients dont la fibrillation atriale était connue avant l'AVC, l'analyse des données confirme que la prise d'anticoagulants est associée à un risque réduit de décès. Mais seulement 29% de ces patients en avaient avant l'AVC. Des médicaments anticoagulants ont été prescrits à 30% des patients en plus après la survenue de l'AVC.

Ces résultats indiquent qu'indépendamment des comorbidités cardiovasculaires, les patients chez qui une fibrillation atriale est diagnostiquée après un AVC présentent un risque de décès toutes causes qui reste élevé près de cinq ans après, y compris lorsque les anticoagulants sont pris en compte.

Cette population doit bénéficier d'un traitement anticoagulant agressif et d'une réduction des facteurs de risque, concluent les chercheurs. Des études devraient être menées pour déterminer si ces patients peuvent bénéficier d'une stratégie de contrôle du rythme cardiaque, ajoutent-ils.

Source: APMnews

Dépêche précédente

Diabète gestationnel : le risque de maladie cardiaque ultérieure augmenté même avec une glycémie revenue à la normale

Dépêche suivante

Un dépistage par patch ECG de la fibrillation atriale après 75 ans multiplie par 10 les cas détectés

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire