Le pontage coronaire reste supérieur à l'intervention percutanée, même guidée par la FFR, dans la maladie coronaire tritronculaire

Publié le vendredi 5 novembre 2021
dans
APM news

ORLANDO (Floride), 4 novembre 2021 (APMnews) - Le pontage coronaire reste la meilleure stratégie de revascularisation de la maladie coronaire tritronculaire, même comparé à une intervention coronaire percutanée qui est guidée par la mesure de la réserve coronaire (Fractional Flow Reserve, FFR), montre l'essai FAME 3.

Les résultats de cette étude randomisée ont été présentés jeudi au congrès Transcatheter Cardiovascular Therapeutics (TCT) à Orlando (Floride) et publiés en ligne simultanément par le New England Journal of Medicine (NEJM).

Plusieurs études avaient jusqu'à présent montré que dans la maladie coronaire avec trois artères sténosées, le pontage coronaire était supérieur à l'intervention coronaire percutanée. Mais dans ces études, dans le bras intervention percutanée, on a rarement utilisé un stent actif de 2e génération alors qu'il y a moins de complications, et la FFR a rarement été utilisée en routine alors qu'elle permet une meilleure évaluation de l'importance hémodynamique des sténoses, selon William Fearon de l'université de Stanford et ses collègues.

Ils ont donc conduit l'essai FAME 3 dans ce but. L'essai a inclus 1.500 patients qui ont été randomisés entre le pontage ou l'intervention percutanée avec pose d'un stent au zotarolimus, guidée par la FFR.

Les patients pontés ont eu en moyenne 3,4 anastomoses et les patients revascularisés par voie percutanée ont reçu en moyenne 3,7 stents.

Après un an de suivi, le risque de décès, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral (AVC) ou nouvelle revascularisation était significativement plus faible dans le groupe pontage: 6,9% des patients ont présenté un de ces événements cardiovasculaires majeurs alors que ce fut le cas de 10,6% dans le groupe intervention guidée par FFR.

Le risque d'événement était ainsi 50% plus élevé avec l'intervention percutanée.

Quant au critère plus restrictif n'incluant que les décès, infarctus et AVC, il a concerné 5,2% des patients avec le pontage et 7,3% avec l'intervention guidée par FFR.

Les chercheurs ont toutefois noté chez les patients ayant eu un pontage des risques plus élevés de saignement majeur (3,8% contre 1,6%), d'arythmie (dont la fibrillation atriale; 14,1% contre 2,4%) et d'atteinte rénale aiguë (0,9% contre 0,1%). Il y avait également 2 fois plus de réhospitalisation dans les 30 jours (10,2% contre 5,5% après intervention percutanée).

Ainsi, malgré ces bémols, au regard du critère principal, l'intervention coronaire percutanée, même avec un stent plus récent et en utilisant la FFR, ne peut être considérée comme non inférieure au pontage coronaire, concluent les auteurs.

Source: APMnews

Dépêche précédente

La Société française de cardiologie appelle à la création d'une filière de soins dédiée à l'insuffisance cardiaque

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire