Le monitoring à distance du rythme cardiaque détecte plus de FA asymptomatiques chez les patients à risque, sans bénéfice clinique à long terme : l’étude mSToPS

Publié le lundi 12 mars 2018
dans
Late breaking trial ACC. 18

L’analyse informatisée de « big data » recueillies par une compagnie d’assurance américaine a étudié l’impact de la transmission régulière par le patient de données issues du Holter ECG ou d’un bracelet connecté pour le dépistage de la fibrillation atriale (FA) asymptomatique.

Dans l’étude « mHealth Screening to Prevent Strokes », un suivi par Holter ECG longue durée et bracelet de surveillance de la fréquence par photopléthysmographie ont été comparés au suivi conventionnel chez des patients jugés à risque de FA sur des critères d’âge, d’antécédents d’insuffisance cardiaque, d’apnée du sommeil…. Le critère primaire est l’incidence de découverte d’une nouvelle FA. Le bénéfice à plus long terme a été évalué sur les critères « durs » que sont la mortalité, le risque d’embolie systémique, et celui d’infarctus du myocarde.

La détection d’une FA > 30 secondes est, comme attendu, 8,8 fois plus fréquente (p<0.0001) à 4 mois chez les 1 364 patients qui transmettent des données par rapport aux 1 291 patients suivis conventionnellement. A un an, une cohorte de 1 738 patients monitorés a été comparée avec un groupe contrôle de 3 476 patients appariés sur l’âge, le sexe, et le score de CHADS2DS2VASc. Une nouvelle FA a été dépistée dans 6% des cas dans le groupe monitoré et seulement 2% dans le groupe non monitoré (OR=2.8, p<0.0001). La durée médiane des épisodes de FA les plus longs est de plus de 5 minutes dans 92.8% des cas. Cependant, malgré une utilisation plus importante des ressources de santé en réponse à cette détection plus fréquente de nouvelle FA, on n’observe pas de différence sur la mortalité, la survenue d’infarctus du myocarde ou d’embolie systémique.

La transmission par les patients de données sur leur rythme cardiaque améliore le taux de détection d’une FA asymptomatique, le plus souvent de durée assez prolongée. Cependant les données du suivi à 1 an ne démontrent pas un bénéfice de cette détection sur le pronostic des patients. A suivre, pour les résultats à 3 ans…

Par Jean-Claude Deharo d'après la présentation de S.R. Steinhubl (CA, USA)

Mots clés: Rythmologie Rythmologie

Dépêche précédente

Pas si asymptomatiques que cela !

Dépêche suivante

Le coiffeur est utile pour contrôler l’hypertension !

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire