Le contrôle intensif de la pression artérielle réduit le risque de fibrillation atriale

Publié le jeudi 4 juin 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 27 mai 2020 (APMnews) - Le contrôle intensif de la pression artérielle, ciblant une pression systolique de 120 mmHg chez les patients à haut risque cardiovasculaire, réduit le risque de fibrillation atriale, montre une nouvelle analyse des données de l'essai SPRINT publiée dans Hypertension.

L'essai SPRINT a montré une réduction des évènements cardiovasculaires avec une stratégie de contrôle intensif de la pression artérielle, ciblant une pression systolique inférieure à 120 mmHg par rapport à la stratégie standard ciblant 140 mmHg, rappelle-t-on.

L'hypertension étant l'un des principaux facteurs de risque de fibrillation atriale, Elsayed Soliman de la Wake Forest School of Medicine à Winston-Salem (Caroline du Nord) et ses collègues ont utilisé les données de SPRINT pour voir si l'intensification du traitement anti-hypertenseur réduisait davantage le risque de fibrillation atriale que le traitement avec objectif de pression artérielle standard.

L'analyse a porté sur 8.022 participants hypertendus, à haut risque cardiovasculaire, ne présentant pas de fibrillation atriale au départ, randomisés entre le traitement anti-hypertenseur intensif, ciblant une pression systolique inférieure à 120 mmHg, et le traitement anti-hypertenseur standard, ciblant une pression systolique de 140 mmHg.

Sur 5,2 ans de suivi, totalisant 28.322 personnes-années, il y a eu 206 nouveaux cas de fibrillation atriale: 88 dans le groupe de traitement intensif et 118 dans le groupe de traitement standard.

Le risque relatif de nouveau cas de fibrillation atriale était significativement réduit de 26% avec le traitement intensif par rapport au traitement standard.

Cet effet était observé dans les différents sous-groupes de patients prédéfinis, relatifs à l'âge, au sexe, à l'origine ethnique, au niveau de pression systolique, aux antécédents de maladie cardiovasculaire et de néphropathie chronique.

Il s'agit à la connaissance des auteurs de la première preuve provenant d'un essai randomisé contrôlé confortant le bénéfice en termes de réduction du risque de fibrillation atriale provenant d'un contrôle agressif de la pression artérielle par rapport à un contrôle standard. Deux précédents essais ayant examiné cette question, ACCORD BP et CARDIO-SIS, n'avaient pas la puissance statistique suffisante, notent-ils.

(Hypertension, publication en ligne du 4 mai)

Source: APMnews

Image par défaut

JESFC 2016 — Actualités sur les grands essais cliniques (Partie I)

SPRINT

Intervenant: Xavier Girerd
Image par défaut

Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie 2017 — Actualités en hypertension artérielle

Analyse de l'étude SPRINT : que retenir en pratique clinique ?

Intervenant: Xavier Girerd

Mots clés: Rythmologie Rythmologie

Dépêche précédente

Des auto-anticorps pourraient être impliqués dans les arrêts cardiaques non expliqués

Dépêche suivante

Première implantation en France du nouveau stimulateur intracardiaque Micra*AV pour le bloc atrioventriculaire

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire