Le TAVI fait ses preuves pour les patients à risque chirurgical intermédiaire

Mis à jour le mardi 21 mars 2017
dans

Washington, 17/03/17 - SURTAVI ne montre à 2 ans aucune différence sur un critère combiné regroupant la mortalité globale et les AVC lorsque l’on compare le TAVI réalisé avec la CoreValve à la chirurgie dans le traitement du rétrécissement aortique chez les patients à risque intermédiaire.

ACC.17

Le TAVI a démontré son intérêt dans le traitement des patients à hauts risques chirurgicaux dans 2 études randomisées utilisant la valve déployée par ballon (Edwards) et la valve auto expendable (CoreValve). En août 2016, une étude randomisée a montré la non-infériorité du TAVI vs chirurgie chez les patients à risque intermédiaire avec la valve Edwards Sapien XT, voire une supériorité lorsque l’on implante la valve percutanée par voie fémorale.

SURTAVI est donc la deuxième étude randomisée chez les patients à risque intermédiaire avec une prise en compte de la fragilité des patients. Il s’agit d’une étude de non-infériorité. Un corelab central visualise les échocardiographies. Le critère primaire est la mortalité toute cause et la survenue d’AVC à 2 ans de suivi. Elle a inclus 1 746 patients dans 87 centres aux USA, Canada et en Europe. Les patients sont à risque chirurgical intermédiaire avec un STS à 4,4 % et une moyenne d’âge de 80 ans. La nouvelle valve Evolut R a été utilisée dans 16% des cas.

Cette étude est positive avec un critère primaire à 30 jour du TAVI vs chirurgie de 2,8% vs 3,9 %, à 1 an de 8,1% vs 8,8% et à 2 ans de 12,6% vs 14%. La mortalité toute cause est identique dans les 2 groupes. Le taux d’AVC à 2 ans est de 2,6% pour le TAVI vs 4,5% pour la chirurgie. La chirurgie est associée à un taux plus important d’insuffisance rénale, de passage en FA et de transfusion, alors que le TAVI est associé à un taux de fuite para valvulaire modérée à sévère (5.4%), et de PM (25,9 vs 6,6%) plus important.

SURTAVI est la deuxième étude positive comparant le TAVI à la chirurgie chez les patients à risque intermédiaire. Chez ces patients, dont la moyenne d’âge est de 80 ans, le TAVI constitue une solution thérapeutique au même titre que la chirurgie.

Martine GILARD, d’après la présentation de Michael REARDON durant les LBCT de l’ACC.17 et la publication du NEJM “Transcatheter Aortic Valve Replacement With a Self-Expanding Bioprosthesis Compared With Surgical Aortic Valve Replacement in Patients at Intermediate Surgical Risk ».

Interview

Martine Gilard, Brest

 

Retrouvez toute la synthèse du congrès de l'ACC

Les résumés d'études   Les interviews   Les brèves

 

Ce programme vous est proposé grâce au soutien d'Amgen

Mots clés: TAVI TAVI

Dépêche précédente

L’étude FOURIER : un franc succès biologique et clinique !

Dépêche suivante

Le traitement ininterrompu par dabigatran est supérieur à la warfarine en péri-ablation de FA

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire