La très fréquente consommation de cocaïne et marijuana augmente la mortalité après infarctus aux USA

Mis à jour le vendredi 16 mars 2018
dans
Late breaking trial ACC. 18

L'abus de drogues est de plus en plus répandu chez les jeunes adultes, mais leurs impacts sur l’incidence et le pronostic de l’infarctus du myocarde n’est pas établi.

L’objectif de cette étude était d'évaluer la prévalence de la consommation de cocaïne et de marijuana chez les adultes de moins de 50 ans présentant un SCA et de déterminer son association sur les résultats à long terme. Les auteurs ont ainsi inclus l’ensemble des patients hospitalisés pour SCA dans les Hôpitaux Universitaires de Boston et de Miami en 2000-2006. L’utilisation de substances illicites était déterminée à partir d'une toxicomanie déclarée ou d'une détection biologique.

La cohorte était composée de 3 836 patients dont 55% présentaient un SCA de type 1 et 45% un SCA de type 2 avec un suivi moyen de 11 ans [âge moyen 44 ± 5,1 ans, 19,3% de femmes, 73% de blancs].

L'abus d'un ou plusieurs opiacés (héroïne, cannabis, cocaïne) était présent chez 663 patients (17%). Opiacés et cannabis étaient les plus couramment utilisés (10% et 7% des patients).

Les résultats stratifiés par type d'IM sont illustrés sur la figure. Les personnes consommant de la drogue présentaient moins fréquemment du diabète (14,7% contre 20,4%, p = 0,05) ou une hyperlipidémie (45,7% contre 60,8%, p <0,001), mais étaient plus fréquemment des fumeurs (70,3% contre 49,1%, p <0,001).

La toxicomanie était associée à une mortalité significativement plus élevée (HR=1,25, p = 0,01) après ajustement pour l'âge, le type d'infarctus, les comorbidités et la fonction rénale.

Dans le SCA de type 1, l'utilisation de cocaïne et/ou de marijuana était associée à une mortalité cardiovasculaire à long terme plus élevée (HR=2,22; IC 95% = 1,27-3,7, p = 0,005) mais également à la mortalité toutes causes (HR=1,99; IC95 =1,35-2,97; p = 0,001) après ajustement à toutes les co-variables de base.

 

La très fréquente consommation de cocaïne et marijuana augmente la mortalité après infarctus aux USA

 

Ainsi, la consommation de cocaïne et/ou de marijuana est présente chez près de 20 % des patients < 50 ans avec SCA et est associée à une mortalité toutes causes et cardiovasculaire plus élevée.

Par Yves Cottin.

Autres études

Dépêche précédente

Pas si asymptomatiques que cela !

Dépêche suivante

Le coiffeur est utile pour contrôler l’hypertension !

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire