La stimulation de la moelle épinière prévient la fibrillation atriale post-pontage coronaire

Publié le jeudi 5 août 2021
dans
APM news

BOSTON, 3 août 2021 (APMnews) - Un dispositif de stimulation de la moelle épinière en peropératoire a permis de prévenir la survenue d'épisodes de fibrillation atriale post-pontage coronaire, chez des patients ayant des antécédents de fibrillation atriale paroxystique, selon une étude randomisée présentée la semaine dernière au congrès de la Heart Rhythm Society à Boston.

La stimulation de la moelle épinière s'est montrée efficace dans le traitement de la douleur chronique mais aussi dans l'angor réfractaire, rappellent Alexander Romanov du E. Meshalkin National Medical Research Center du ministère de la santé russe et ses collègues, dans le résumé de leur communication, sélectionnée pour la session Late Breaking Clinical Trials and Registries.

Des études chez l'animal ont aussi montré que la stimulation de la moelle épinière pouvait supprimer la fibrillation atriale. Les chercheurs ont donc randomisé 52 patients, candidats à un pontage coronaire et ayant des antécédents de fibrillation atriale paroxystique, entre le pontage associé à un traitement médical standard avec bêta-bloquants, et le pontage + traitement médical standard + implantation percutanée d'une sonde pour la stimulation temporaire de la moelle épinière.

Dans ce groupe, la sonde était placée, sous anesthésie locale, entre les positions C7 et T4, et connectée à un stimulateur externe fixé sur la poitrine du patient. La stimulation était initiée 3 jours avant la chirurgie de pontage coronaire, désactivée pendant la chirurgie, puis réactivée en réanimation chirurgicale après le pontage et poursuivie pendant 7 jours. La sonde était ensuite retirée. Un ECG continu a été réalisé pendant 30 jours après le pontage chez tous les patients.

La sonde a été posée avec succès chez tous les patients du groupe assigné à la stimulation.

Aucun évènement indésirable lié à la stimulation temporaire de la moelle épinière n'a été observé au cours du suivi. Les taux de CK-MB et de créatinine étaient similaires dans les 2 groupes, de même que les autres complications typiques du pontage coronaire, indiquent les chercheurs dans leur résumé.

Une fibrillation atriale au cours des 30 jours post-pontage est survenue chez 30,7% des patients du groupe contrôle, contre 3,8% (1 seul patient sur 26) du groupe stimulé, la différence étant statistiquement significative.

D'autres études de plus grande ampleur sont nécessaires afin de valider l'intérêt clinique de la stimulation de la moelle épinière en peropératoire, concluent les chercheurs.

Source: APMnews

Dépêche précédente

Plus de 220.000 nouveaux patients traités chaque année par anticoagulants oraux pour une fibrillation atriale en France

Dépêche suivante

Parmi les effets indésirables rapportés sous statines, une majorité serait associée à un effet nocebo

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire