La présence d’une FA est un facteur de surmortalité après une intervention coronaire

Publié le dimanche 11 mars 2018
Late breaking trial ACC. 18

ACC.18, Orlando, USA - Cette étude a évalué à partir d’une importante base de données nord-américaine de plus de 3 millions d’interventions coronaires entre 2002 et 2011 chez des adultes de plus de 40 ans.

Dans cette cohorte 15% des patients présentaient une fibrillation auriculaire (FA) au moment de l’intervention coronaire. Ces sujets en FA était principalement des hommes (60%) et plus âgés (moyenne 71 ans).

La mortalité ajustée sur l’âge de la population en FA était supérieure à celle sans FA (100±9 vs 54±8.9 pour 100,000; p<0.01). Il est donc confirmé que la fibrillation auriculaire est toujours et encore un facteur de sur-risque après une intervention coronaire.

Fibrillation auriculaire, late breaking trial ACC.18

 

Franck Boccara d'après la présentation de Shanmugasundaram et al. (USA)

Dépêche précédente

Meilleur contrôle de la pression artérielle avec l'automesure qu'avec un suivi classique (étude randomisée)

Dépêche suivante

La stimulation hisienne fait beaucoup mieux que la stimulation VD : le registre Geisinger

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire