La neuromodulation cardiaque par pacemaker efficace contre l'HTA

Publié le jeudi 9 septembre 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 8 septembre 2021 (APMnews) - La neuromodulation cardiaque via un pacemaker semble efficace contre l'hypertension, en particulier l'hypertension systolique isolée, chez les patients ayant une indication de pose de pacemaker, selon une étude randomisée pilote publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

Le dispositif Moderato* de la société américaine BackBeat Medical est un stimulateur cardiaque implantable double chambre capable de délivrer un traitement de neuromodulation cardiaque, grâce à des algorithmes permettant des intervalles atrioventriculaires variables, alternant des séries d'intervalles courts et longs.

De précédents travaux non randomisés ont montré des résultats prometteurs de ce traitement en termes de réduction durable de la pression artérielle systolique, dans l'hypertension résistante au traitement médical.

Une essai randomisé pilote en double aveugle, MODERATO II, a été conduit auprès de 47 patients ayant une indication de pacemaker double chambre et présentant une hypertension malgré la prise d'au moins 1 médicament anti-hypertenseur. Ils ont tous reçu le dispositif implantable Moderato*, programmé pendant 1 mois comme stimulateur standard, puis ont été randomisés entre l'activation ou pas de la fonction neuromodulation cardiaque. Les patients inclus devaient présenter à la fin de la période d'un mois avec la fonction stimulateur standard une pression systolique ambulatoire diurne supérieure ou égale à 125 mmHg.

La pression artérielle systolique ambulatoire diurne était au départ de 141,0 mmHg en moyenne, alors que les patients utilisaient en moyenne 3,3 médicaments anti-hypertenseurs.

Après 6 mois de traitement de neuromodulation, la pression systolique ambulatoire diurne avait diminué de 11,1 mmHg, contre une baisse de 3,1 mmHg dans le groupe contrôle, soit un effet net du traitement de -8,1 mmHg, statistiquement significatif.

Aucun évènement indésirable lié au dispositif Moderato* ou au traitement de neuromodulation cardiaque n'a été observé.

Zbigniew Kalarus de l'université de médecine de Silésie à Katowice (Pologne) et ses collègues soulignent que la majorité des patients inclus (81%) avaient une hypertension systolique isolée, une population particulièrement difficile à traiter.

Il reste à déterminer la sécurité et l'efficacité de ce traitement, qui nécessite une procédure d'implantation, chez les patients hypertendus ne nécessitant pas de pacemaker, ajoutent-ils.

Source: APMnews

Mots clés: Prévention Prévention

Dépêche précédente

Plus de 220.000 nouveaux patients traités chaque année par anticoagulants oraux pour une fibrillation atriale en France

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire