La lithotripsie intravasculaire efficace avant pose de stent dans les sténoses coronaires calcifiées sévères

Publié le vendredi 11 octobre 2019
dans

WASHINGTON, 11 octobre 2019 (APMnews) - La lithotripsie intravasculaire semble efficace pour le traitement des sténoses coronaires calcifiées sévères avant une intervention coronaire percutanée avec pose de stent, selon une étude internationale publiée dans Circulation: Cardiovascular Interventions.

APM news

Les calcifications coronaires gênent l'intervention coronaire percutanée, d'abord en entravant la traversée du vaisseau par le dispositif, mais aussi en délaminant le produit actif et le polymère des stents, en altérant l'élution médicamenteuse ainsi que l'apposition et l'expansion du stent, rappellent Ziad Ali du Saint Francis Hospital à Roslin (New York) et ses collègues. Plusieurs techniques sont utilisées pour faciliter les interventions coronaires percutanées en présence de ces lésions sévères, mais chacune a ses limites.

La lithotripsie intravasculaire est une nouvelle technologie, basée sur une stratégie thérapeutique bien établie dans le traitement des calculs rénaux, et a montré sa faisabilité dans une récente étude pour la préparation des coronaires calcifiées avant intervention percutanée. Les chercheurs ont cette fois examiné sa sécurité et son efficacité.

L'étude DISRUPT CAD II a inclus 120 patients dans 9 pays, devant recevoir une revascularisation pour une sténose coronaire d'au moins 50%. Des calcifications coronariennes sévères étaient présentes dans 94,2% des lésions. Les patients ont reçu une préparation vasculaire avec la lithotripsie avant l'implantation de stent.

Le cathéter de lithotripsie a pu être mis en place et utilisé chez tous les patients.

Après la lithotripsie, le diamètre luminal aigu à l'angiographie a pu être amélioré de 0,83 mm, et la sténose résiduelle était de 32,7%. Cette dernière a ensuite été réduite à 7,8% après la pose de stent actif.

Des évènements cardiaques indésirables majeurs au cours de l'hospitalisation sont survenus chez 5,8% des patients. Il s'agissait de 7 infarctus sans onde Q.

A 30 jours la proportion de patients ayant eu un évènement cardiaque indésirable majeur était de 7,6%.

Un examen tomographique par cohérence optique réalisé chez 47 patients après l'intervention coronaire percutanée montre que le mécanisme d'action de la lithotripsie intravasculaire passe par la désagrégation du calcium à l'intérieur des plaques chez près de 80% des patients, qui permet de modifier la compliance vasculaire et de faciliter l'expansion du stent, soulignent les auteurs.

Ces résultats, en attendant des résultats à plus long terme, suggèrent que la lithotripsie intravasculaire peut être une nouvelle option thérapeutique, simple à utiliser, pour de nombreux patients avec des calcifications coronaires sévères, concluent les auteurs. Mais l'athérectomie reste le traitement de 1ère ligne en cas de difficulté à traverser la lésion même avec les cathéters contemporains, ajoutent-ils.

Source : APMnews

Mots clés: Coronaire Coronaire , Interventionnel Interventionnel

Dépêche précédente

La prise de statines diminuerait le risque de cancer de la prostate

Dépêche suivante

Fibrillation atriale: l’ablation par cathéter améliore la fonction rénale à 5 ans

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire