La chirurgie bariatrique est associée à une amélioration du type de fibrillation atriale

Mis à jour le jeudi 26 mars 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 17 janvier 2020 (APMnews) - La chirurgie bariatrique est associée à une amélioration du type de fibrillation atriale, plus importante avec la technique de court-circuit gastrique, selon une étude américaine publiée dans Circulation: Arrhythmia and Electrophysiology.

L'obésité est un facteur de risque indépendant de fibrillation atriale (FA). Elle est en outre associée à un fardeau plus lourd de la FA. La perte de poids a été associée à une amélioration du type de FA, et la chirurgie bariatrique a été associée à une diminution de l'inflammation, du remodelage atrial et ventriculaire gauche, de l'apnée du sommeil, de la pression artérielle et à une amélioration du contrôle de la glycémie, soulignent Eoin Donnellan et ses collègues de la Cleveland Clinic à Cleveland (Ohio).

Ils ont cherché à examiner l'effet de la chirurgie bariatrique sur le type de FA, auprès de 220 patients présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle -IMC- supérieur ou égal à 40 kg/m2), qui ont reçu une surveillance de leur rythme cardiaque dans les 12 mois précédant leur chirurgie bariatrique et les 12 mois suivants.

Quatre types de FA sont définis selon le Heart Rhythm Society Consensus Statement, dans l'ordre de sévérité: paroxystique (occasionnelle), persistante (plus de 7 jours mais réversible par traitement), persistante chronique (plus d'un an mais réversible) et permanente (le rythme cardiaque ne parvient pas à être normalisé).

Une réduction significative de l'IMC a été observée après la chirurgie bariatrique, de 49,7 kg/m² à 37,2 kg/m². La perte de poids a été plus importante avec la dérivation gastrique de Roux-en-Y (bypass gastrique; -25%) qu'avec la gastrectomie en manchon (sleeve gastrectomy; -19%) ou la pose d'anneau gastrique (-16%).

Il y a eu également des baisses significatives des marqueurs CRP, NT-proBNP et de l'HbA1C ainsi que de la pression systolique dans les 3 groupes.Une inversion du type de FA a été observée chez 71% des patients après bypass gastrique, 56% des patients après sleeve gastrectomy et 50% des patients avec anneau gastrique, les différences étant statistiquement significatives.

Plus précisément, la FA est passée du type persistant au type paroxysmique chez 27%, 25% et 23% des patients avec chacune des techniques de chirurgie bariatrique respectivement.

Aucun changement de type de FA n'a été observé chez respectivement 28%, 42% et 35% des patients.Aucun nouvel épisode de FA n'a été détecté chez respectivement 43%, 31% et 27% des patients.

Chez les 13 patients ayant une FA chronique (longstanding persistent selon la définition du Heart Rhythm Society Consensus Statement), 77% n'ont eu aucun changement de type de FA, 8% ont eu une progression vers une FA permanente, et 15% ont eu une inversion du type de FA.

Chez les 6 patients ayant une FA permanente, il n'y a eu aucune inversion du type de FA.

"La chirurgie bariatrique est associée à une inversion significative du type de FA, et la perte de poids en est un facteur prédictif significatif", concluent les auteurs. L'intervention est également associée à une réduction des marqueurs de l'inflammation, du NT-proBNP, de la pression artérielle et de la sévérité de l'apnée du sommeil, ajoutent-ils.

Source: APMnews

 

Dépêche précédente

AVC ischémique aigu: une normotension prédit une origine cardio-embolique

Dépêche suivante

Fibrillation atriale: le risque d'AVC/AIT triplé pendant plusieurs années en cas d'arrêt des anticoagulants oraux

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire