L'asthme persistant est associé à un plus grand risque de fibrillation atriale

Publié le lundi 2 mars 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 28 février 2020 (APMnews) - Un asthme persistant est associé à un risque plus élevé de développer une fibrillation atriale, selon une étude américaine publiée dans Circulation: Arrhythmia and Electrophysiology.

L'asthme et la fibrillation atriale ont en commun une pathophysiologie sous-jacente inflammatoire, mais des études antérieures sur l'association entre ces 2 maladies ont donné des résultats contradictoires, rappellent Matthew Tattersall de l'University of Wisconsin School of Medicine and Public Health à Madison et ses collègues.

Ils ont évalué cette association au sein de la cohorte américaine multiethnique longitudinale MESA, incluant des adultes sans maladie cardiovasculaire au départ. La présence d'un asthme était déterminée lors du premier examen.

Au total, 6.615 personnes ont été suivies pendant une médiane de 12,9 ans.

Au cours de ce suivi, l'incidence de la fibrillation atriale a été de 0,11 évènement pour 10 personnes-années chez les non-asthmatiques, 0,11 pour 10 personnes-années en cas d'asthme intermittent (ne nécessitant pas de traitement de fond) et 0,19 pour 10 personnes-années en cas d'asthme persistant (nécessitant un traitement de fond). La courbe de survie sans fibrillation atriale des asthmatiques persistants se séparait significativement des courbes des non-asthmatiques et des asthmatiques intermittents.

Après ajustement complet, le risque de fibrillation atriale était augmenté de 49% en cas d'asthme persistant par rapport aux non-asthmatiques. L'asthme intermittent n'était pas significativement associé au risque de fibrillation atriale.

Cette association n'était pas atténuée par le niveau sérique de marqueurs de l'inflammation ou de la coagulation. Par ailleurs, le risque de fibrillation atriale associé à l'asthme persistant était plus prononcé chez les femmes que chez les hommes.

La prévalence de la fibrillation atriale non diagnostiquée ou silencieuse est élevée, aussi l'identification de populations à plus haut risque est-elle importante pour diagnostiquer plus tôt et prendre en charge ces patients plus rapidement, ainsi que pour orienter les efforts de prévention secondaire, soulignent les auteurs.

D'autres études sont nécessaires afin de déterminer si des stratégies de modification du style de vie en prévention chez les asthmatiques, associées au traitement de fond de l'asthme, peuvent réduire le risque de développer une fibrillation atriale, et les mécanismes potentiels de cette association, ajoutent-ils.

Source: APMnews

Mots clés: Facteurs de risque Facteurs de risque

Dépêche précédente

Fibrillation atriale : le risque d'AVC augmenté en cas d'antécédent dans la fratrie

Dépêche suivante

Remplacement de valve aortique percutané : les pratiques anesthésiques à la loupe

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire