L'aspirine associée à un surrisque d'insuffisance cardiaque chez les personnes à risque

APM news

SOPHIA-ANTIPOLIS (Alpes-Maritimes), 23 novembre 2021 (APMnews) - La consommation d'aspirine est associée à un surrisque d'insuffisance cardiaque chez les personnes ayant au moins un facteur prédisposant à la maladie comme le tabagisme, l'obésité, l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, le diabète et les maladies cardiovasculaires, selon une étude publiée mardi dans ESC Heart Failure, un journal de l'European Society of Cardiology (ESC).

L'influence de l'aspirine sur l'insuffisance cardiaque est controversée.

L'aspirine est prescrite dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Si son intérêt en prévention secondaire est bien établie, certaines études suggèrent que sa consommation en prévention primaire peut avoir un bénéfice, et d'autres qu'elle pourrait être associée à une réduction de la mortalité et morbidité chez les insuffisants cardiaques. Mais a contrario, d'autres études ne montrent aucun bénéfice.

Le Dr Blerim Mujaj de l'université de Fribourg en Allemagne et ses collègues américains, anglais et italiens ont évalué le lien entre la consommation d'aspirine à titre préventif et l'incidence de l'insuffisance cardiaque chez des personnes à risque.

Au total, les données de 30.817 participants de la cohorte HOMAGE (Heart 'Omics' in AGEing; un ensemble de 46.437 individus) sans insuffisance cardiaque mais à risque d'en développer une (défini par au moins un des critères suivants: tabagisme, obésité, hypertension artérielle, taux de cholestérol élevé, diabète et maladies cardiovasculaires) ont été analysées. Ainsi, 19.257 étaient des patients hypertendus à haut risque (derivation set) et 11.570 autres individus avaient des antécédents de maladies vasculaires ou étaient à haut risque d'en développer une (validation set).

L'âge moyen des participants était de 67 ans. Sur l'ensemble des participants, 21,5% étaient diabétiques, 26,4% étaient fumeurs et 66,7% déclaraient consommer de l'alcool. Sur les 26.453 patients hypertendus, 81,7% prenaient des antihypertenseurs. De plus, 2,8% rapportaient des antécédents d'infarctus du myocarde, 26,4% une maladie coronarienne, 9,6% un accident vasculaire cérébral (AVC) et 1,1% une fibrillation atriale.

Au départ, 25% des personnes (7.698 participants) prenaient de l'aspirine. Les patients ont été suivis jusqu'au premier événement d'insuffisance cardiaque.

Au cours du suivi de 5,3 ans, 1.330 participants ont développé une insuffisance cardiaque mortelle ou non avec un taux d'incidence de 14,5 pour 1.000 personnes-années dans le groupe aspirine contre 5,9 pour 1.000 personnes-années dans le groupe sans aspirine.

Après prise en compte de différents facteurs (âge, sexe, antécédent, traitements à visée cardiovasculaire…), les chercheurs ont estimé que la prise d'aspirine était indépendamment associée à un risque supérieur de 26% d'un diagnostic d'insuffisance cardiaque.

De plus dans une analyse de sensibilité excluant les patients ayant des antécédents de maladies cardiovasculaires (22.690 participants étaient inclus dans l'étude), l'utilisation de l'aspirine était associée à une augmentation de 27% du risque d'insuffisance cardiaque.

"Il s'agit de la première étude à signaler que parmi les personnes présentant au moins un facteur de risque d'insuffisance cardiaque, celles qui prenaient de l'aspirine étaient plus susceptibles de développer par la suite la maladie que celles qui n'utilisaient pas le médicament", a déclaré le Dr Blerim Mujaj, l'auteur de l'étude dans un communiqué diffusé mardi par l'ESC.

Il suggère que l'aspirine soit prescrite "avec prudence" chez les personnes souffrant d'insuffisance cardiaque ou présentant des facteurs de risque de la maladie.

Il précise également que de "grands essais randomisés multinationaux chez des adultes à risque d'insuffisance cardiaque sont nécessaires" pour vérifier ces résultats.

Source: APMnews

Dépêche précédente

La Société française de cardiologie appelle à la création d'une filière de soins dédiée à l'insuffisance cardiaque

1 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

BRAHIMA CISSE mercredi 24 novembre 2021, 23:13

Bonsoir
Comment comprendre que l'aspirine utilisée bien des années soit remise en cause.
Je veux bien comprendre comment.
Merci