Ischémie critique menaçante des membres: le traitement endovasculaire meilleur que le pontage pour les lésions infra-poplitées

Publié le jeudi 27 avril 2023
dans
APM news

LONDRES, 26 avril 2023 (APMnews) - Une stratégie de traitement de revascularisation endovasculaire en première ligne apparaît supérieure au pontage dans l'ischémie critique menaçante des membres inférieurs nécessitant une procédure infra-poplitée, selon un essai de phase III publié dans The Lancet.

Deux précédents essais randomisés, BASIL-1 mené au Royaume-Uni et plus récemment BEST-CLI (cf dépêche du 10/11/2022 à 15:39) aux Etats-Unis, ont conclu que le pontage chirurgical était une meilleure option pour les patients atteints d'ischémie critique menaçante des membres inférieurs éligibles aux deux techniques et ayant une veine utilisable, rappelle-t-on. Ces deux essais ont inclus essentiellement des patients présentant des lésions dans le segment fémoro-poplitée.

Avec l'augmentation de la prévalence du diabète de type 2, qui induit une localisation distale préférentielle des lésions artérielles, et du nombre de patients atteints de maladie rénale chronique terminale, la proportion de patients atteints d'ischémie critique menaçante des membres inférieurs avec des lésions infra-poplitées nécessitant un traitement s'accroît.

L'essai BASIL-2 a été mené chez cette population spécifique de patients ayant une ischémie critique menaçante des membres inférieurs nécessitant une procédure de revascularisation infra-poplitée, avec ou sans une procédure de revascularisation additionnelle plus proximale infra-inguinale.

Il a inclus 345 patients dans 39 centres britanniques, un centre suédois et un centre danois, randomisés entre un pontage et le meilleur traitement endovasculaire. La plupart des pontages ont été réalisés avec la grande veine saphène, la plupart des interventions endovasculaires ont été réalisées avec une angioplastie par ballonnet et un recours sélectif aux stents nus ou actifs. Les patients ont été suivis pendant au moins deux ans.

Le taux d'amputation majeure (au-dessus de la cheville) ou de décès était de 63% dans le groupe pontage contre 53% dans le groupe traitement endovasculaire, soit un risque relatif augmenté de 35% avec le pontage par rapport au traitement endovasculaire.

La survie médiane sans amputation était respectivement de 3,3 ans contre 4,4 ans.

Le taux de mortalité était respectivement de 53% contre 45%, et le taux d'amputation majeure de 20% contre 18%. La différence entre les deux groupes sur le critère primaire était donc principalement liée à la mortalité.

"Ces données suggèrent que davantage de patients ayant une ischémie critique menaçante des membres inférieurs nécessitant une procédure de revascularisation infra-poplitée, avec ou sans une procédure de revascularisation additionnelle plus proximale infra-inguinale, [...] devraient se voir proposer une stratégie de revascularisation endovasculaire en première ligne", concluent les auteurs.

(The Lancet, publication en ligne du 25 avril)

Source: APMnews

Dépêche précédente

Réduire ou remplacer les boissons sucrées réduirait la mortalité et le risque cardiovasculaire des diabétiques de type 2

Dépêche suivante

La majorité des dispositifs de mesure de la pression artérielle achetables en ligne ne sont pas validés

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire