Intérêt du landiolol dans la tachyarythmie associée au sepsis

Publié le mercredi 8 avril 2020
dans
APM news

LONDRES, 3 avril 2020 (APMnews) - Le landiolol (Rapibloc*, Amomed Pharma) semble efficace dans le traitement de la tachyarythmie associée au sepsis, selon les résultats d'une étude japonaise publiée dans The Lancet Respiratory Medicine.

La tachycardie et la fibrillation atriale surviennent fréquemment chez les patients présentant un sepsis ou un choc septique. Le traitement de cette complication est souvent inefficace ou contre-indiqué dans cette situation, rappellent Yasuyuki Kakihana de l'université de Kagoshima et ses collègues.

Les bêta-bloquants, médicaments largement utilisés en cardiologie, pourraient être utiles dans la tachyarythmie associée au sepsis en raison de leurs propriétés anti-arythmiques et anti-inflammatoires.

Les chercheurs ont voulu tester le landiolol, un antagoniste sélectif bêta-1 d'action ultra courte indiqué dans le traitement de la tachycardie chez des patients présentant une fibrillation ou un flutter auriculaire afin d’obtenir un contrôle rapide de la fréquence ventriculaire.

Dans cette étude menée dans 54 hôpitaux, ils ont inclus 151 patients qui ont été admis en réanimation pour la prise en charge d'un sepsis puis ont développé une tachyarythmie. Après stabilisation des paramètres hémodynamiques, les patients ont été randomisés en ouvert entre le traitement habituel du sepsis et le traitement habituel + du landiolol.

Le landiolol était administré à une dose initiale de 1 µg/kg par minute dans les deux heures suivant la randomisation puis à une dose plus importante jusqu'à un maximum de 20 µg/kg/min.

Le critère principal était la part des patients dont la fréquence cardiaque revenait entre 60 et 94 battements/min à 24 heures de la randomisation. A l'inclusion, la fréquence cardiaque était de 117,5 bpm en moyenne; 80% des patients avaient une tachycardie sinusale et 19% avaient une fibrillation atriale.

Ils étaient 55% des patients ayant reçu le landiolol à voir leur fréquence cardiaque atteindre les valeurs cibles, contre 33% dans le groupe contrôle, soit une différence statistiquement significative.

A 96 heures, ils étaient encore respectivement 42% vs 21% à avoir leur fréquence cardiaque dans les valeurs cibles.Sur les 168 heures suivant la randomisation, une nouvelle arythmie s'est développée chez seulement 9% des patients ayant reçu le landiolol, contre 25% dans le groupe contrôle.

La mortalité à 28 jours était de 12% parmi les patients traités par landiolol, contre 20% dans le groupe contrôle, mais la différence n'était pas significative.

Parmi les effets indésirables graves figure le décès de 9 patients dans le groupe landiolol et 8 dans le groupe contrôle. Les effets indésirables en lien avec le landiolol étaient une baisse de la pression artérielle avec arrêt cardiaque, une baisse de la fréquence cardiaque et une diminution de la fraction d'éjection. Ces effets indésirables se sont améliorés avec la diminution de la dose de landiolol ou l'arrêt du traitement.

Ces résultats suggèrent que le landiolol est globalement sûr et efficace pour le traitement de la tachyarythmie associée au sepsis mais la pression artérielle et la fréquence cardiaque doivent être surveillés de près, concluent les chercheurs.

Source: APMnews

 

Mots clés: Médicament Médicament , Rythmologie Rythmologie

Dépêche précédente

L'association entre pollution et démence s'expliquerait par des maladies cardiovasculaires

Dépêche suivante

L’Anses alerte sur le risque d’hyperkaliémie avec les sels de régime à base de chlorure de potassium

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire