Insuffisance cardiaque: l'inhibiteur du SGLT2 empagliflozine sans effet sur la distance de marche

Publié le vendredi 20 décembre 2019
dans
APM news

WASHINGTON, 16 décembre 2019 (APMnews) - L'antidiabétique oral inhibiteur du SGLT2 empagliflozine (Jardiance*, Boehringer Ingelheim/Lilly), évalué dans les insuffisances cardiaques à fraction d'éjection diminuée ou préservée, n'a pas amélioré la capacité de marche, dans deux études dont les laboratoires font état dans un communiqué.

Les études EMPERIAL-Reduced et EMPERIAL-Preserved, conduites chez respectivement 312 insuffisants cardiaque ayant une fraction d'éjection ventriculaire gauche diminuée et 315 avec une fraction d'éjection préservée, évaluaient l'empagliflozine contre placebo sur 12 semaines.

Le critère principal de ces études était la distance de marche sur tapis roulant durant 6 minutes. Ce critère n'a pas été amélioré par l'inhibiteur du SGLT2, dans les deux études.

Pour autant, cela ne permet pas de conclure à ce stade sur place de ce médicament dans le traitement de l'insuffisance cardiaque. Un autre inhibiteur du SGLT2, la dapagliflozine (Forxiga*, AstraZeneca), a diminué de 26% le risque de décès cardiovasculaires, hospitalisations pour insuffisance cardiaque et consultations en urgence pour insuffisance cardiaque, dans l'étude DAPA-HF présentée il y a 3 mois.

Une analyse présentée plus récemment a montré qu'elle était aussi efficace chez les non-diabétiques que chez les diabétiques (CD7Q17YB0).

Un essai de morbimortalité est aussi en cours avec l'empagliflozine, EMPEROR, qui devrait donner des résultats en 2020, indiquent les deux laboratoires.

Source: APMnews

Dépêche précédente

Ajouter l'aspirine à un AOD hors recommandations expose à un risque, sans bénéfice

Dépêche suivante

Valve aortique percutanée: les patients sarcopéniques ont un risque accru de décès dans l'année qui suit

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire