Insuffisance cardiaque : assurer une consommation suffisante d'acide linolénique améliore le pronostic

Publié le lundi 21 novembre 2022
dans
APM news

WASHINGTON, 18 novembre 2022 (APMnews) - Chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque, un taux bas d'acide alpha-linolénique, le principal acide gras oméga-3 présent dans les aliments végétaux, est associé à un risque augmenté de décès et hospitalisations, montrant la nécessité d'assurer une consommation suffisante de cet acide gras, selon une étude observationnelle publiée par le Journal of the American College of Cardiology (JACC).

L'insuffisance cardiaque reste, malgré des progrès importants, une maladie à la mortalité élevée et il faut continuer à chercher des stratégies pour améliorer l'évolution clinique des patients, leur qualité de vie et les coûts de prise en charge. Or, "les possibilités de traiter l'insuffisance cardiaque via des modifications du mode de vie (dont l'alimentation) ont été longtemps négligées, comparé aux traitements pharmacologiques et aux dispositifs médicaux", estiment Iolanda Lazaro de l'Hospital del Mar à Barcelone et ses collègues.

S'il y a eu des études sur les acides gras omega-3 issus des poissons, notamment les études GISSI-HF et VITAL-HF, les omega-3 venant de la consommation des fruits et légumes n'avaient en revanche guère été étudiés. Et pourtant, les effets bénéfiques des régimes alimentaires à prédominance végétale (régime méditerranéen, DASH) suggèrent un effet bénéfique de ceux-ci.

Les chercheurs espagnols ont voulu voir si le niveau d'acide α-linolénique (ALA), principal omega-3 présent dans les plantes, chez les patients insuffisants cardiaques, était associé au pronostic.
Ils ont étudié cette question chez 905 patients, chez lesquels le taux d'ALA était déterminé par chromatographie en phase gazeuse. Les patients ont été suivis pendant 2,4 ans, période durant laquelle il y a eu 140 décès dont 85 de cause cardiovasculaire et 141 premières hospitalisations pour insuffisance cardiaque.

Ils ont divisé leur cohorte en quatre groupes selon le taux d'ALA. Seul le groupe des 25% de patients ayant les plus bas taux se démarquait, avec un risque d'événements plus élevé; les trois autres groupes avaient des résultats similaires et ont été regroupés pour l'analyse.

Par rapport au premier groupe ayant les taux d'ALA les plus bas, les patients des trois autres groupes présentaient des diminutions de 42%, du risque de décès toutes causes, de 49% des décès cardiovasculaires et de 42% des premières hospitalisations pour insuffisance cardiaque.

Le risque cumulé de décès cardiovasculaire et hospitalisation pour insuffisance cardiaque était diminué de 42%.

"Ces résultats pourraient ouvrir la voie à de futurs essais pour voir si une consommation régulière d'aliments riches en acide α-linolénique [par exemple huiles de lin ou colza, noix] pourrait constituer une stratégie préventive pour améliorer le pronostic et la qualité de vie des patients ayant une insuffisance cardiaque chez les patients ayant des taux bas d'ALA", suggèrent les auteurs.

(JACC, vol.80, n°18, p1751-1758)

Source: APMnews

Dépêche précédente

Fibrillation atriale avec déficience sinusale : moins de risque de devoir implanter un pacemaker avec une ablation précoce

Dépêche suivante

Insuffisance cardiaque sévère : le protocole de coopération entre médecins et infirmiers essaime en dehors de l'AP-HP

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire