Infarctus sans obstruction coronaire: statines et IEC/ARA II bénéfiques à long terme en prévention secondaire

Publié le lundi 27 février 2017

WASHINGTON, 24 février 2017 (APMnews) - Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IEC) et les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II (ARA II) sont bénéfiques pour la prévention secondaire à long terme chez les patients ayant eu un infarctus sans obstruction coronaire (MINOCA en anglais), tandis que les bêta-bloquants et la bithérapie d'anti-agrégants plaquettaires ont un effet non significatif ou neutre, selon une étude suédoise publiée dans Circulation.

Entre 5% et 10% des infarctus ne présentent pas d'obstruction coronaire, et on manque d'essais cliniques sur la prévention secondaire de ces patients. Bertil Lindhal de l'université d'Uppsala et ses collègues ont mené une étude observationnelle sur 9.466 patients consécutifs atteints de MINOCA, identifiés dans le registre SWEDEHEART entre juillet 2003 et juin 2013 et suivis jusqu'à décembre 2013.

Sur les 9.136 patients ayant survécu au moins 30 jours après l'hospitalisation, 84,5% étaient sous statines, 64,1% sous IEC/ARA II, 83,4% sous bêta-bloquants et 66,4% sous bithérapie antiplaquettaire.

Le suivi moyen a été de 4,1 ans, au cours desquels 23,9% des patients ont eu un évènement cardiaque indésirable majeur (décès de toute cause, hospitalisation pour infarctus, accident vasculaire cérébral ischémique, insuffisance cardiaque).

Le risque d'évènement cardiaque indésirable majeur était significativement réduit de 23% sous statine et de 18% sous IEC/ARA II.

Une tendance à la réduction était également observée sous bêta-bloquants (-14%), mais elle n'était pas statistiquement significative.

Sous bithérapie d'anti-agrégants plaquettaires, une baisse non significative du risque de 10% était observée à un an, parallèlement à une hausse non significative de 33% du risque d'hospitalisation pour évènement hémorragique.

" Les résultats indiquent des effets bénéfiques à long terme sur l'évolution des patients ayant un MINOCA du traitement par statines et IEC/ARA II, une tendance à un effet positif des bêta-bloquants, et un effet neutre de la bithérapie d'anti-agrégants plaquettaires. Des essais cliniques randomisés de puissance suffisante doivent être menés pour confirmer ces résultats ", concluent les auteurs.

Source : APM International

Dépêche précédente

Les représentants des cardiologues veulent allonger la durée de formation dans leur discipline

Dépêche suivante

La stimulation cérébrale profonde bénéfique dans un cas d'hypertension sévère ultra-résistante

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire