Hypertriglycéridémie sévère : une prévalence de 1 pour 1.000 dans une large étude française

Publié le vendredi 18 janvier 2019
dans

PARIS, 18 janvier 2019 (APMnews) - La prévalence de l'hypertriglycéridémie sévère, cause de pancréatite aiguë, atteint 1 pour 1.000 dans une large étude française présentée vendredi au congrès de la Société française de cardiologie (SFC).

L'hypertriglycéridémie sévère, définie par une concentration de triglycérides sérique supérieure ou égale à 10 mmol/L, est une cause de pancréatite aiguë, mais sa prévalence en France est peu connue et n'a pas été évaluée à partir de grandes bases de données, a souligné Jean Ferrières du CHU de Toulouse.

Avec son équipe, il a travaillé sur une base de données de plus de 1 million de déterminations biologiques des lipides, réalisées par un seul et même laboratoire au CHU de Toulouse entre 2006 et 2017, sur les personnes tout-venant vues en consultation ou hospitalisées au CHU, quel qu'en soit le motif, sur cette période.

Au cours de la période d'étude, 2.441 épisodes d'hypertriglycéridémie sévère ont été recensés.

Parmi les déterminations biologiques effectuées sur la période, 297.909 provenaient de personnes dont il s'agissait de la première visite au CHU. Parmi eux, 403 avaient une hypertriglycéridémie sévère, dont 75% d'hommes et 25% de femmes.

La prévalence de l'hypertriglycéridémie sévère était ainsi de 0,135%, soit un peu plus de 1 pour 1.000. Chez les hommes, elle était de 0,209% (2 pour 1.000) et chez les femmes de 0,065% (0,6 pour 1.000).

La prévalence était significativement différente entre les 2 sexes, ainsi qu'entre les catégories d'âge: il y avait un pic de prévalence à 40-50 ans, à 0,33% chez les hommes. Chez les moins de 30 ans, la prévalence était de 0,08%.

Ces chiffres ne proviennent pas d'un échantillon représentatif de la population et ne peuvent donc être extrapolés en tant que tels. Néanmoins, ils proviennent d'une population tout-venant en consultation ou en hospitalisation dans un établissement de santé, ce qui se rapproche un peu, selon Jean Ferrières, d'une population représentative.

Source : APM International

Image par défaut

Programme Scientifique : Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie (JE SFC 2018) — Société Française d'Endocrinologie/Société Francophone du Diabète/SFC Comment évaluer le risque cardiovasculaire ?

L’hypertriglycéridémie est-elle athérogène ?

Intervenant: François Roubille
Dépêche précédente

Après le valsartan, rappel de lots d'irbésartan frelatés (ANSM)

Dépêche suivante

Intérêt confirmé en vie réelle du défibrillateur cardiaque externe portable Lifevest (registre français)

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire