Hypertension pulmonaire thrombo-embolique: l'angioplastie au ballonnet coûte 20.000 euros par patient

Publié le jeudi 4 février 2021
dans
APM news

PARIS, 1er février 2021 (APMnews) - Le traitement à l'hôpital de l'hypertension pulmonaire thrombo-embolique par angioplastie pulmonaire artérielle au ballonnet et de ses complications coûte un peu plus de 20.000 euros par patient, selon les données d'une étude présentée au Congrès de pneumologie de langue française (CPLF), qui s'est tenu à distance vendredi.

L'hypertension pulmonaire thrombo-embolique chronique (HTP-TEC) est une obstruction vasculaire pulmonaire, avec une incidence de 1-2% après une embolie pulmonaire. L'angioplastie pulmonaire artérielle au ballonnet est une option thérapeutique percutanée pour les patients avec une HTP inopérable ou récurrente après traitement chirurgical, indiquent Vincent Cottin des Hospices civils de Lyon (HCL) et ses collègues dans le résumé de leur communication orale.

Cette technique est réalisée depuis 2014 par deux centres en France, le centre de référence de l'HTP à l'hôpital Bicêtre au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne, AP-HP) sur le site de l'hôpital Marie-Lannelongue au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine, Groupe hospitalier Paris-Saint-Joseph, avec l'université Paris-Saclay, ex-Paris-Sud) et le centre de compétence du CHU de Grenoble, a précisé le Dr Hélène Bouvaist du CHU de Grenoble lors de la présentation orale.

Depuis 2014, la procédure a suivi une courbe d'apprentissage et les complications associées ont beaucoup diminué, a-t-elle poursuivi, considérant qu'"on est arrivé à maturité de cette technique". "A présent, plus de 500 patients ont été traités en France", a-t-elle indiqué.

Dans cette étude observationnelle, réalisée en partenariat avec MSD, les chercheurs ont voulu avoir une idée des coûts attribuables à ce traitement et ses complications, rappelant que l'intervention nécessite des séances de dilatations réalisées au cours de plusieurs séjours hospitaliers.

Cette analyse a porté sur tous les patients adultes avec au moins un séjour hospitalier pour HTP, associé à un premier acte d'angioplastie artérielle pulmonaire par ballonnet, identifiés à partir des données du programme de médicalisation des systèmes d'information (PMSI) entre le 1er janvier 2014 et le 30 juin 2016.

Les patients ont été suivis durant 6 mois (période jugée pertinente pour estimer les coûts attribuables à l'angioplastie) sauf en cas de survenue de décès. Durant le suivi, les séjours liés à la prise en charge des complications de l'angioplastie ont été distingués de ceux liés à la prise en charge de l'HTP-TEC à partir d'une lecture médicale considérant le diagnostic du séjour, sa durée et le délai par rapport au dernier acte d'angioplastie (moins de 30 jours).

Les coûts hospitaliers (y compris les transports médicaux) ont été estimés à partir des tarifs publics pour les actes médicaux de 2014 à 2016, mis à jour sur les données 2017 et valorisés selon la perspective de l'assurance maladie.

L'analyse a porté sur 191 patients (64,3 ans en moyenne, 53% d'hommes), en majorité sans antécédent de traitement chirurgical (3,1%), dont 129 pris en charge à Marie-Lannelongue et 62 à Grenoble. Le nombre de patients a progressé sur la période d'étude, passant de 45 en 2014 à 95 en 2015 et 54 sur le premier semestre 2016.

Le premier séjour pour angioplastie au ballonnet était réalisé 1,1 an en médiane après la première hospitalisation pour une HTP. En moyenne, 2,8 séjours avec au moins un acte d'angioplastie ont été enregistrés par patient de durée moyenne de 7,8 jours pour le premier séjour et 5,8 jours pour les séjours ultérieurs.

Le coût hospitalier attribuable aux séjours d'angioplastie et ses complications a été estimé en moyenne à 8.764 € par séjour, 21.245 € par patient (dont 2.101 € liés au transport) et représentait un total de 4.057.825 € au cours de la période d’étude.

Globalement, relativement peu de complications génèrent des coûts, avec seulement deux patients concernés pour lesquels la durée du séjour s'est prolongée, a fait observer le Dr Bouvaist.

Le coût variait selon la classe d'âge, la densité de la commune de résidence et la présence de comorbidités. Il diminuait avec le temps, probablement en lien avec l'expérience des opérateurs.

Ces données fournissent une estimation en vie réelle du coût hospitalier de l'angioplastie pulmonaire artérielle par ballonnet chez les patients atteints d'HTP-TEC en France, bien qu'il manque notamment le nombre d'actes d'angioplastie par séjour ou des données cliniques sur la sévérité des patients en amont et en aval de l'angioplastie.

Cette première étude évaluant le coût hospitalier du traitement de l'HTP-TEC par angioplastie au ballonnet et de ses complications donne une estimation moyenne de 31.245 € par patient sur la période d'apprentissage de cette technique. Une étude menée après 2016 permettrait de voir s'il y a un effet d'apprentissage qui se poursuit sur ce coût, a commenté le Dr Bouvaist.

Ces résultats sont particulièrement intéressants alors que sa position va entrer dans l'algorithme thérapeutique comme un traitement de référence pour les patients inopérables, a-t-elle ajouté.

Source: APMnews

Mots clés: Vasculaire Vasculaire

Dépêche précédente

Cancer du sein précoce: les statines semblent réduire le risque d'insuffisance cardiaque lié à la chimiothérapie

Dépêche suivante

Syndrome pédiatrique de type Kawasaki lié au Covid-19 : l'ajout de corticoïdes aux IgIV bénéfique

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire