Hypertension: moins de risque de Covid-19 sous IEC ou ARA2 que sous inhibiteurs calciques

Mis à jour le lundi 1 février 2021
APM news

WASHINGTON, 15 janvier 2021 (APMnews) - Les patients hypertendus, sans comorbidité, traités à long terme par un anti-hypertenseur bloqueur de l'angiotensine 2 (IEC ou ARA2), ont moins de risque d'être hospitalisés pour un Covid-19 que ceux traités par inhibiteur calcique, selon une large étude française publiée dans Hypertension.

Bien que cette étude soit observationnelle et ne permette pas de tirer des conclusions définitives sur la nature de cette association, elle apporte des arguments supplémentaires en faveur d'un potentiel effet protecteur des IEC et ARA2 chez les patients hypertendus, à l'opposé des hypothèses initiales.

L'infection à Sars-CoV-2 impliquant l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2, dont on a supposé que l'expression était augmentée avec les IEC et ARA2, il a été initialement suggéré que ces médicaments pouvaient augmenter le risque de Covid-19. Cette hypothèse a largement été contredite depuis, et certaines études ont même suggéré un possible effet protecteur des IEC/ARA2 sur le risque d'hospitalisation pour Covid-19 et sur le risque de sévérité ou de décès de la maladie.

La plupart des études ont été menées sur des patients déjà hospitalisés, et non sur la population hypertendue globale, soulignent Laura Semenzato et ses collègues du GIS EPI-PHARE (Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam)/Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)).

Leur étude a porté sur près de 2 millions de patients présentant une hypertension non compliquée (sans diabète, maladie cardiovasculaire, insuffisance rénale chronique ou maladie respiratoire chronique associée) et traités à long terme, afin de limiter les biais, et les données ont été tirées des bases de données de l'assurance maladie. Ils ont été suivis du 15 février au 7 juin 2020.

Trois cohortes de patients ont été définies en fonction du traitement reçu: IEC (566.023 patients), ARA2 (958.227 patients) ou inhibiteurs calciques (358.306 patients). Ils ne pouvaient prendre plusieurs de ces traitements, en revanche ils n'étaient pas exclus s'ils prenaient concomitamment une autre classe d'anti-hypertenseurs (diurétiques, bêta-bloquants).

Au total, 2.338 patients ont été hospitalisés pour un Covid-19, et 526 ont dû être intubés ou sont décédés à cause du Covid-19.

Par rapport aux inhibiteurs calciques, les IEC et les ARA2 étaient associés à un risque significativement moindre d'hospitalisation liée au Covid-19 (-26% et -16%, respectivement) et d'intubation ou décès (-34% et -21%, respectivement).

En outre, le risque d'hospitalisation pour Covid-19 (-23%) et celui d'intubation/décès (-17%) tendait à être moins élevé dans le groupe IEC que dans le groupe ARA2.

Si ces observations étaient confirmées, cela soulèverait de nouvelles questions quant aux mécanismes pharmacologiques de cet effet, concluent les auteurs.

(Hypertension, publication en ligne du 11 janvier)

Source: APMnews

Dépêche précédente

HTA: une pression artérielle contrôlée associée à une évolution plus défavorable du Covid-19

Dépêche suivante

GHU Henri-Mondor: l'AP-HP précise son projet de pôle cardiologique médico-chirurgical

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire