Hyperaldostéronisme primaire: la fibrillation atriale prévenue avec la surrénalectomie, pas avec les antiminéralocorticoïdes

Mis à jour le jeudi 19 mars 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 16 mars 2020 (APMnews) - L'incidence de la fibrillation atriale est réduite chez les patients atteints d'hyperaldostéronisme primaire traités par surrénalectomie, mais pas chez ceux traités par anti-minéralocorticoïdes, selon une étude taïwanaise publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

L'hyperaldostéronisme primaire est associé à une prévalence plus élevée de fibrillation atriale et d'autres complications cardiovasculaires. Mais on ne connaît pas bien les effets des traitements ciblés sur la prévention des nouveaux cas de fibrillation atriale, soulignent Chien-Ting Pan du National Taïwan University Hospital et ses collègues.

Ils ont étudié l'incidence des nouveaux cas de fibrillation atriale, chez 2.202 patients atteints d'hyperaldostéronisme primaire, dont 534 traités par surrénalectomie et 1.668 par anti-minéralocorticoïdes. Ils les ont comparés à 8.808 patients atteints d'hypertension essentielle, servant de contrôles, appariés en fonction d'un score de propension. Le suivi moyen était de 4,4 ans.

Les patients ayant eu une surrénalectomie avaient un risque de nouvelle fibrillation atriale significativement réduit de 72% par rapport aux contrôles.

Ceux qui avaient reçu des anti-minéralocorticoïdes, en revanche, avaient un risque comparable aux contrôles.

En outre, le taux de mortalité et le taux combiné de mortalité et de nouvelle fibrillation atriale étaient plus faibles dans le groupe surrénalectomie que chez les contrôles.

En revanche, dans le groupe anti-minéralocorticoïdes, le risque de mortalité était plus élevé, ainsi que le risque d'évènements cardiaques/cérébrovasculaires, et le risque de mortalité et nouvelle fibrillation atriale.

"La surrénalectomie pourrait soulager les altérations causées par l'excès d'aldostérone chez les patients atteints d'hyperaldostéronisme primaire par rapport à un traitement anti-minéralocorticoïde à faible dose", commentent les auteurs, qui suggèrent que "les différences entre les 2 stratégies pourraient être réduites avec des doses plus élevées d'antiminéralocorticoïdes".

Ils rappellent que la dose optimale de spironolactone n'est pas bien établie, mais la dose généralement utilisée est du même ordre que dans leur étude.

Source: APMnews

Image par défaut

Programme Scientifique : Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie (JE SFC 2019) — Flashes d'actualité dans l'HTA

Spironolactone dans l'HTA essentielle résistante

Intervenant: Aurélien Lorthioir

Mots clés: Rythmologie Rythmologie

Dépêche précédente

Une pression artérielle faible associée à une mortalité accrue chez les plus de 75 ans

Dépêche suivante

Pathologies coronaires: données rassurantes sur la mortalité après pose de dispositifs recouverts de paclitaxel

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire