HTA : résultats de phase IIb positifs pour le firibastat, nouvel anti-hypertenseur à action cérébrale

Publié le lundi 12 novembre 2018
dans
Congrès de l'AHA 2018

CHICAGO, 12 novembre 2018 (APMnews) - Le firibastat (ex-QGC001/RB150, Quantum Genomics), 1er inhibiteur de l'aminopeptidase A cérébrale (BAPAI), a montré une réduction de la pression artérielle en monothérapie chez des patients hypertendus à haut risque cardiovasculaire, dans une étude de phase IIb présentée samedi au congrès de l'American Heart Association (AHA) à Chicago.

Le firibastat est une prodrogue de l'EC33, un inhibiteur sélectif et spécifique de l'aminopeptidase A (APA) cérébrale, capable de pénétrer dans le cerveau lorsqu'il est administré par voie orale. En bloquant l'APA, il empêche la transformation de l'angiotensine II en angiotensine III, le principal peptide efficace du système rénine-angiotensine cérébral, qui exerce un contrôle tonique stimulant sur la pression artérielle.

Il a été évalué chez 254 patients présentant une hypertension artérielle (HTA) primaire, en surpoids ou obèses, dont la moitié d'Afro-Américains ou d'Hispaniques. Il s'agit d'une population "peu étudiée de patients hypertendus à haut risque cardiovasculaire", souligne dans un communiqué Jean-Philippe Milon, directeur général de Quantum Genomics.

La proportion d'HTA non contrôlée est plus élevée chez les obèses, les Noirs et les autres minorités, souligne Keith Ferdinand de la Tulan University School of Medicine à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) dans le diaporama ayant servi de support à sa présentation.

Les patients ont arrêté pendant 2 semaines leur traitement anti-hypertenseur antérieur, puis ont reçu pendant 8 semaines le firibastat en monothérapie, d'abord à 250 mg par jour pendant 2 semaines, puis 500 mg/j pendant 2 semaines si la pression artérielle restait supérieure à 140/90 mmHg. L'hydrochlorothiazide pouvait être ajoutée après 1 mois de traitement si la pression artérielle restait supérieure à 160/100 mmHg.

Après 8 semaines de traitement, une diminution statistiquement significative de la pression artérielle systolique, critère principal de jugement, a été observée: elle est passée de 153,9 mmHg à 144,3 mmHg, soit une diminution de 9,7 mmHg.

La pression diastolique a également significativement diminué, passant de 91,5 mmHg à 87,2 mmHg (-4,3 mmHg).

L'efficacité était similaire chez les Noirs et les non-Noirs, et chez les patients en surpoids par rapport aux patients obèses.

Le firibastat a été bien toléré, aucun angio-oedème n'est survenu sur la période d'étude. Les effets indésirables les plus courants étaient des réactions cutanées et des maux de tête.

Malgré les limites de cette étude, en particulier le fait qu'il n'y ait pas de groupe contrôle, ces résultats "obtenus dans une population à haut risque, où les IEC et ARAII en monothérapie sont probablement moins efficaces, soutiennent la stratégie de développer plus avant le firibastat, 1er anti-APA cérébral, chez les sujets ayant une hypertension difficile à traiter ou résistante", conclut Keith Ferdinand.

"Une diminution d'au moins 7 mmHg de la pression artérielle systolique est généralement considérée comme cliniquement pertinente pour caractériser un effet anti-hypertenseur chez des patients difficiles à traiter", un objectif  "largement dépassé" dans cette étude, souligne Bruno Besse, directeur médical de Quantum Genomics, dans le communiqué.

Ces résultats "confortent le choix stratégique de Quantum Genomics d'aller vers l'hypertension artérielle résistante", qui représente "un fort potentiel sur un besoin non satisfait", indique la firme dans un autre communiqué. L'étude de phase III sera lancée en 2019, est-il précisé.

Source : APM International

Toute l'actualité de l'AHA 2018

Mots clés: Vasculaire Vasculaire

Dépêche précédente

L'aspirine bénéfique en prévention primaire chez les diabétiques insuffisants cardiaques

Dépêche suivante

Pontage coronaire : le ticagrelor pas plus efficace que l'aspirine pour prévenir les événements cardiovasculaires majeurs

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire