HTA: plus de chances d'atteindre l'objectif en initiant IEC + diurétique thiazidique qu'une monothérapie

Mis à jour le jeudi 10 décembre 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 3 décembre 2020 (APMnews) - L'objectif de pression artérielle sous traitement antihypertenseur a plus de chances d'être atteint pour les patients initiant une thérapie combinant IEC et diurétique thiazidique que pour ceux initiant une monothérapie, selon une étude américaine publiée dans Hypertension.

Au moins 2 antihypertenseurs sont souvent nécessaires pour atteindre l'objectif de pression artérielle chez les patients hypertendus, et c'est ce qui est recommandé par les sociétés savantes américaines, sur la base des preuves disponibles, pour atteindre cette cible plus rapidement et améliorer l'adhésion au traitement, par rapport à la monothérapie, soulignent Jaejin An du Kaiser Permanente Southern California à Pasadena (Californie) et ses collègues.

Ils ont comparé les modifications du traitement antihypertenseur et l'atteinte de l'objectif de la pression artérielle chez 135.971 patients initiant soit une thérapie combinée -essentiellement un IEC associé à un diurétique thiazidique- (43% des patients) soit une monothérapie (IEC, diurétique thiazidique, bêta-bloquant ou inhibiteur calcique) (57% des patients).

L'objectif à atteindre est celui recommandé en 2017 par les société savantes de cardiologie américaines ACC/AHA, de pression artérielle inférieure à 130/80 mmHg. Ce critère et les modifications de traitement ont été suivis pendant 2 ans après l'initiation du traitement.

Après ajustement en fonction de plusieurs variables, dont la pression artérielle pré-traitement, l'initiation d'une thérapie combinée était associée à une prévalence plus élevée d'atteinte de l'objectif de pression artérielle par rapport à l'initiation d'une monothérapie par IEC (+10%), par diurétique thiazidique (+21%), par bêta-bloquant (+17%) ou par inhibiteur calcique (+25%).

En outre, les patients initiant un traitement combiné étaient moins susceptibles d'ajouter d'autres antihypertenseurs ou d'en changer que ceux initiant une monothérapie.

Ainsi, 39% des patients ayant initié un traitement par IEC + diurétique thiazidique restaient sous leur traitement initial à 2 ans. La proportion était la même pour les patients ayant initié un IEC seul (38%) ou un inhibiteur calcique seul (39%). Mais elle était significativement moindre pour les patients ayant initié un diurétique thiazidique seul (30%) ou un bêta-bloquant seul (36%).

La proportion de patients ayant ajouté des traitements ou ayant changé certains antihypertenseurs au cours des 2 ans de suivi était de 22% parmi ceux ayant initié IEC + diurétique thiazidique, significativement moindre que parmi ceux ayant initié un IEC seul (29%), un diurétique thiazidique seul (35%), un bêta-bloquant (30%) ou un inhibiteur calcique (30%).

Ainsi, initier 2 classes de médicaments antihypertenseurs peut être utile pour contrôler la pression artérielle avec des modifications de traitement moins fréquentes, concluent les auteurs.

(Hypertension, publication en ligne du 16 novembre)

Source: APMNews

Mots clés: Médicament Médicament

Dépêche précédente

Les cardiologues vont bientôt pouvoir prescrire la dapagliflozine

Dépêche suivante

Des calcifications coronaires plus précoces chez les femmes ayant eu une pré-éclampsie

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire