Fibrillation atriale : récidives moins fréquentes après ablation par cathéter qu'avec les médicaments

Publié le jeudi 9 juillet 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 6 juillet 2020 (APMnews) - L’ablation par cathéter de la fibrillation atriale (FA) réduit significativement les récidives de FA symptomatique et asymptomatique à 5 ans, en comparaison du traitement médicamenteux, selon une étude américaine publiée dans le Journal of the American College of Cardiology (JACC).

Dans l’étude CABANA, l'ablation de la FA a montré une efficacité mitigée sur la morbidité et la mortalité toutes causes par rapport au traitement médicamenteux avec anti-arythmiques. En revanche, le risque de décès ou d’hospitalisation cardiovasculaire à 48 mois était significativement réduit de 17% dans le groupe ablation (51,7% contre 58,1%), rappelle-t-on.

Dans une étude prospective, Jeanne Poole de l’University of Washington Medical Center à Seattle et ses collègues ont évalué le risque à long terme (60 mois) de récidive de la FA chez les patients de l'étude CABANA.

La plupart des patients disposaient d’un système de surveillance électrocardiographique spécifique fourni par les chercheurs. Cet appareil permettait d’effectuer des enregistrements sur 24 h avec détection automatique des tachy-arythmies mais aussi de faire, tous les 6 mois, un holter sur 96 heures pour estimer le poids de la FA (pourcentage de temps passé en FA).

Au total, 1.240 patients qui avaient fourni des enregistrements électrocardiographiques plus de 90 jours après le début de l’étude CABANA ont été inclus dans cette analyse.

Ils étaient âgés en moyenne de 68 ans, 43% étaient atteints d’une fibrillation atriale paroxystique et 57% d’une fibrillation atriale persistante.

La récidive de la FA était définie comme toute tachy-arythmie atriale durant 30 secondes ou plus, survenue après la période initiale de 90 jours.

A 12 mois, 12,6% des patients traités par ablation par cathéter et 27,5% des patients sous traitement médicamenteux avaient présenté une récidive de FA symptomatique alors qu’une récidive de toute FA (symptomatique ou asymptomatique) avait été enregistrée chez 36,5% et 59,2% des patients respectivement.

La première récidive était symptomatique chez 18,4% des patients traités par ablation et 23,1% pour ceux qui prenaient des médicaments.

Sur 60 mois de suivi, les premières récidives de toutes les FA et des formes symptomatiques uniquement ont été significativement réduites dans le groupe "ablation", de 48% et 51% respectivement.

En outre, si au début de l’étude, le poids de la FA était de 48% dans les deux groupes, il était passé à 6,3% en moyenne chez les patients traités par ablation et de 14,4% chez les patients ayant reçu un traitement médicamenteux à 12 mois et à 14,7% et 20,8% respectivement à 5 ans.

L’ablation par cathéter a ainsi permis une réduction significativement plus importante du poids de la fibrillation atriale à 5 ans, quel que soit le type de fibrillation atriale sous-jacente.

(JACC, publication en ligne du 30 juin)

Source: APMnews

Mots clés: Rythmologie Rythmologie

Dépêche précédente

Maladie coronaire stable: la revascularisation en routine prévient certains infarctus et les angors, pas les décès

Dépêche suivante

Covid-19: les cardiomyopathies de stress ont été plus nombreuses pendant la pandémie

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire