Fibrillation atriale non valvulaire : moins de problèmes rénaux avec les anticoagulants oraux non-AVK par rapport à la warfarine

Publié le jeudi 15 avril 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 13 avril 2021 (APMnews) - Les patients atteints de fibrillation atriale non valvulaire traités par anticoagulants oraux autres que les antivitamines K (AVK) ont moins de risque d'atteinte rénale aiguë et d'insuffisance rénale terminale qu'avec la warfarine, selon une méta-analyse publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

Les anticoagulants oraux non-AVK sont recommandés de préférence aux AVK chez la plupart des patients ayant une fibrillation atriale non valvulaire. S'ils sont associés à moins de complications hémorragiques que les AVK, les autres avantages des anticoagulants oraux non AVK sur la warfarine, en particulier les effets rénaux, n'ont pas donné de résultats concluants, rappellent Patita Sitticharoenchai de la faculté de médecine du King Chulalongkorn Memorial Hospital à Bangkok et ses collègues.

Ils ont réalisé une revue systématique et une méta-analyse des essais randomisés et études de cohorte observationnelles rapportant l'incidence et le risque relatif de complications rénales sous warfarine et sous anticoagulants oraux non AVK. Ils ont retenu 11 essais randomisés contrôlés et 7 études observationnelles. Leur analyse porte sur 285.201 patients, dont 118.863 traités par warfarine et 166.338 traités par anticoagulants oraux non AVK.

Les taux d'incidence des complications rénales étaient significativement plus bas sous anticoagulants oraux non AVK que sous warfarine: 9,8 pour 100 personnes-années contre 14,13 pour 100 personnes-années pour les atteintes rénales aiguës; 10,95 contre 15,8 pour 100 personnes-années pour la détérioration de la fonction rénale (diminution de plus de 25% à 30% du taux de filtration glomérulaire estimé); 1,61 contre 3,43 pour 100 personnes-années pour le doublement de la créatinine sérique; 1,42 contre 2,63 pour 100 personnes-années pour l'insuffisance rénale terminale.

Sous anticoagulants oraux non AVK, le risque relatif d'atteinte rénale aiguë était significativement réduit de 30%, celui de détérioration de la fonction rénale était significativement réduit de 17%, le risque relatif de doublement de la créatinine sérique était significativement abaissé de 42% et le risque relatif d'insuffisance rénale terminale était significativement diminué de 18%, par rapport à la warfarine.

Les données disponibles ne permettent pas de dire si ces bénéfices sont un effet de classe ou viennent d'effets individuels d'anticoagulants oraux non AVK, notent les auteurs.

Les anticoagulants oraux non AVK devraient donc être envisagés en priorité afin de prévenir les complications rénales, chez les patients ayant une fibrillation atriale, concluent-ils.

Source: APMnews

Dépêche précédente

Plus de 220.000 nouveaux patients traités chaque année par anticoagulants oraux pour une fibrillation atriale en France

Dépêche suivante

Parmi les effets indésirables rapportés sous statines, une majorité serait associée à un effet nocebo

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire