Fibrillation atriale: le risque d'AVC/AIT triplé pendant plusieurs années en cas d'arrêt des anticoagulants oraux

Mis à jour le vendredi 24 janvier 2020
dans

WAS

APM news

HINGTON, 21 janvier 2020 (APMnews) - L'arrêt du traitement anticoagulant oral thromboprophylactique prescrit chez les patients ayant eu une fibrillation atriale est associé à un triplement du risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) et d'accident ischémique transitoire (AIT) pendant au moins 3 ans, selon une étude néerlandaise et australienne publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

Les anticoagulants oraux sont prescrits après un diagnostic de fibrillation atriale (FA) afin de prévenir les AVC et AIT, dont le risque est augmenté avec cette pathologie cardiaque. Mais le taux d'abandon du traitement s'élève entre 20% et 50% à 1 an. Le risque d'AVC/AIT après arrêt du traitement anticoagulant n'est pas connu avec précision, soulignent Carlos Martinez de l'Institute for Epidemiology, Statistics and Informatics Gmbh à Francfort et ses collègues.

Afin d'évaluer ce risque, ils ont étudié une cohorte de 16.696 patients ayant initié un traitement par antivitamine K (AVK) après un diagnostic de FA, entre 2001 et 2013. Ils ont apparié, pour une analyse cas-contrôles, les patients ayant eu un AVC ou un AIT pendant le suivi, à ceux n'ayant pas eu d'AVC/AIT, soit 489 cas d'AVC/AIT appariés à 2.137 contrôles.

Le risque relatif d'AVC/AIT après l'arrêt des AVK était multiplié par 2,57. Il augmentait pendant 4 mois, jusqu'à un facteur 3,3, puis diminuait légèrement pour atteindre un plateau, restant alors significativement augmenté d'un facteur 2,7 pendant au moins 3 ans, par rapport à la poursuite des AVK.

L'arrêt des AVK dans la première année suivant le diagnostic de FA était associé à une sur-incidence d'AVC/AIT de 2,29 pour 100 personnes-années, soit 1 AVC/AIT supplémentaire pour 43 patients par an arrêtant les AVK.

Lorsque l'arrêt des AVK intervenait plus d'un an après le diagnostic de FA, la sur-incidence d'AVC/AIT était de 1,43 pour 100 personnes-années, soit 1 AVC/AIT supplémentaire pour 70 patients par an.

"Pour la première fois, nous avons été capables de quantifier l'amplitude de l'effet et l'association temporelle entre l'arrêt des AVK [d'une part] et le risque et le moment de survenue d'AVC/AIT [d'autre part] après le diagnostic de FA chez les patients ayant une FA incidente", commentent les auteurs."

Augmenter la persistance du traitement anticoagulant, en particulier dans l'année qui suit le diagnostic de FA, devrait être une cible thérapeutique pour réduire les AVC/AIT", concluent-ils.

Source: APMnews

Dépêche précédente

La chirurgie bariatrique est associée à une amélioration du type de fibrillation atriale

Dépêche suivante

Ischémie aiguë des membres: le traitement endovasculaire associé à une meilleure évolution que la chirurgie

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire