Fibrillation atriale: l’ablation par cathéter associée à une diminution du risque de démence

Publié le jeudi 8 octobre 2020
dans
APM news

PARIS, 7 octobre 2020 (APMnews) - L’ablation par cathéter de la fibrillation atriale est associée à une diminution de 27% du risque de démence, en comparaison du traitement médicamenteux, selon une étude sud-coréenne publiée mercredi dans l’European Heart Journal.

Différents travaux suggèrent que la fibrillation atriale est associée à un risque accru de démence, mais l’effet du traitement de la fibrillation atriale sur l’évolution de ce risque n’est pas connu.

Dans une étude rétrospective utilisant les données de l’assurance maladie sud-coréenne, Daehoon Kim du Yonsei University College of Medicine à Séoul et ses collègues ont comparé l’effet de l'ablation par cathéter de la fibrillation atriale et du traitement médicamenteux sur le risque de démence.

Ils ont analysé les données de 9.119 patients atteints de fibrillation atriale ayant subi une ablation par cathéter et celles de 17.978 patients présentant aussi une fibrillation atriale mais traités par médicaments.

Afin de corriger les différences entre les groupes, un appariement par score de propension a été réalisé.

Globalement, 6,1% des patients du groupe ablation et 9,1% du groupe traité par médicaments ont développé une démence, ce qui "suggère que trois personnes sur 100 atteintes de fibrillation atriale évitent la démence si elles sont traitées par une ablation par cathéter", explique dans un communiqué le Pr Joung du Yonsei University College of Medicine à Séoul qui a dirigé cette étude.

Au cours d'un suivi médian de 52 mois, les patients ayant subi une ablation par cathéter ont ainsi montré un taux d’incidence de la démence de 5,6 pour 1.000 personnes-années, contre 8,1 pour 1.000 personnes-années dans le groupe traitement médicamenteux, soit un taux d’incidence réduit de 27%.

En comparaison du traitement médicamenteux, l'ablation par cathéter était aussi associée à un moindre risque de différents types de démence, notamment la maladie d'Alzheimer (-23%, 4,1 contre 5 pour 1.000 personnes-années chez les patients sous traitement médicamenteux) et la démence vasculaire (-50%, 1,2 contre 2,2 pour 1.000 personnes-années respectivement).

Cette association restait globalement significative après exclusion de l’analyse des cas d’accident vasculaire cérébral (AVC); seul le risque de maladie d’Alzheimer n’était plus significativement réduit dans ce contexte.

Par ailleurs, l’association entre l’ablation par cathéter de la fibrillation atriale et un moindre risque de démence était encore plus prononcée quand seules les ablations réussies étaient considérées (-44% en comparaison du traitement médicamenteux) alors qu'aucune différence significative n'était observée si l'ablation n’avait pas permis de restaurer un rythme normal, suggérant que c'est bien "le maintien du rythme cardiaque régulier avec une ablation réussie, et non l'ablation elle-même, qui contribue à réduire le risque de démence chez les patients atteints de fibrillation atriale", est-il précisé dans le communiqué.

Les auteurs estiment qu’une étude randomisée et contrôlée analysant les résultats cognitifs des patients devra confirmer ces résultats.(European Heart Journal, publication en ligne du 7 octobre)

Source : APMnews

Dépêche précédente

Arrêts cardiaques hospitaliers et Covid-19: une mortalité très élevée, même après réanimation cardio-pulmonaire

Dépêche suivante

Insuffisance cardiaque: un effet clinique modeste mais statistiquement significatif de l'omecamtiv mecarbil

1 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

Antoine Tamba KAMANO vendredi 9 octobre 2020, 20:32

Bonjour,
C'est vraiment riche