Fibrillation atriale : l'ablation par cathéter associée à une amélioration cognitive

Mis à jour le vendredi 2 août 2019
dans

WASHINGTON, 15 juillet 2019 (APMnews) - L'ablation par cathéter de la fibrillation atriale est associée à une amélioration de la fonction cognitive à 1 an, selon une étude coréenne publiée dans Circulation: Arrhythmia and Electrophysiology.

La fibrillation atriale est associée à un risque accru de détérioration cognitive, mais les données sur l'effet de l'ablation par cathéter sur l'évolution de la fonction cognitive sont contradictoires, soulignent Moo-Nyun Jin du Yonsei University Health System à Séoul et ses collègues.

Ils ont étudié 308 patients ayant subi une ablation par cathéter de leur fibrillation atriale, ainsi que 50 patients sous traitement médical ayant aussi une indication d'ablation par cathéter de leur fibrillation atriale mais n'ayant pas reçu cette intervention. La fonction cognitive a été évaluée au moyen du score Montreal Cognitive Assessment (MoCA), un déficit cognitif étant défini par un score inférieur à 23 points.

Avant l'ablation par cathéter, 18,5% des patients présentaient un déficit cognitif.

Un an après l'ablation par cathéter, le score MoCA était significativement amélioré par rapport au départ dans le groupe ablation, passant de 24,9 à 26,4 points.

Les chercheurs ont apparié 150 patients du groupe ablation aux 50 patients contrôles en fonction d'un score de propension. Dans cette analyse, le groupe apparié a également vu son score MoCA significativement amélioré à 1 an par rapport au départ, passant de 25,4 à 26,5 points. A contrario, il n'y a pas eu d'amélioration significative dans le groupe contrôle, le score passant de 25,4 à 24,8 points.

Dans le groupe ablation, total ou apparié, le score MoCA était significativement amélioré dès 3 mois après l'intervention.

L'amélioration de la fonction cognitive était plus marquée chez les patients qui présentaient avant l'ablation un déclin cognitif.

Par ailleurs, les patients du groupe ablation présentant encore une fibrillation atriale après l'ablation avaient une amélioration moins importante de leur fonction cognitive à 1 an que les patients maintenus en rythme sinusal.

"L'ablation par cathéter au minimum ne cause pas de détérioration de la fonction cognitive, et elle améliore les scores MoCA à 1 an, en particulier chez les patients ayant une fonction cognitive altérée avant l'ablation. D'autres études randomisées contrôlées sur des populations plus nombreuses et des suivis plus longs sont nécessaires", concluent les auteurs.

Source : APMnews

Mots clés: Rythmologie Rythmologie

Dépêche précédente

Un régime modérément hypocalorique améliore le profil cardiométabolique chez les personnes jeunes

Dépêche suivante

Syndrome coronaire aigu : ajouter l'ézétimibe à une statine n'aurait un intérêt que chez les plus âgés

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire