Fibrillation atriale : bénéfice de l'ablation par cathéter sur les médicaments en présence d'une insuffisance cardiaque

Publié le mercredi 3 mars 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 26 février 2021 (APMnews) - L'ablation par cathéter de la fibrillation atriale est associée à une meilleure survie et moins de récidives par rapport au traitement médicamenteux, chez les patients présentant au départ une insuffisance cardiaque avec fraction d'éjection préservée, selon une étude publiée dans Circulation.

Plusieurs essais randomisés ont montré que les issues aussi bien de la fibrillation atriale que de l'insuffisance cardiaque sont améliorées avec l'ablation par cathéter, et des données observationnelles que l'ablation de la fibrillation atriale est autant efficace chez les insuffisants cardiaques avec et sans fraction d'éjection préservée. Mais les échantillons sur lesquels portent ces résultats sont petits et il n'y a aucun essai randomisé sur les insuffisants cardiaques avec fraction d'éjection préservée, soulignent les auteurs.

Douglas Packer du Mayo Clinic Hospital à Rochester (Minnesota) et ses collègues ont mené une nouvelle analyse des données de l'essai randomisé de grande ampleur CABANA, qui avait montré une efficacité mitigée de l'ablation sur la morbi-mortalité par rapport au traitement médicamenteux, et une efficacité sur les récidives.

Ils se sont concentrés sur les participants présentant une insuffisance cardiaque au début de l'étude, soit 778 patients sur les 2.204 inclus. Parmi eux, 9,3% avaient une fraction d'éjection inférieure à 40% et 11,7% une fraction d'éjection entre 40% et 50%. Il s'agissait donc d'un groupe d'insuffisants cardiaques essentiellement avec fraction d'éjection préservée.

Le risque de décès, accident vasculaire cérébral (AVC) invalidant, hémorragie sévère ou arrêt cardiaque était significativement réduit de 36% dans le groupe ablation par cathéter.

Le risque de décès de toute cause était réduit de 43%.

Le risque de récidive était diminué de 44%.

Le score mesurant l'effet de la fibrillation atriale sur la qualité de vie était amélioré de 5 points dans le groupe ablation, sur 60 mois de suivi.

Ces résultats nécessitent toutefois une vérification dans un essai indépendant, commentent les auteurs.

Source: APMnews

Dépêche précédente

Le taux de NT-proBNP associé au risque cardiovasculaire, indépendamment de la pression artérielle

Dépêche suivante

La metformine associée à moins de risque d'arythmie que d'autres classes d'antidiabétiques

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire