Extension d'AMM européenne pour le traitement de l'amylose à transthyrétine Vyndaqel

Mis à jour le jeudi 10 septembre 2020
dans
APM news

NEW YORK, 18 février 2020 (APMnews) - Pfizer a annoncé mardi dans un communiqué l'homologation dans l'Union européenne de Vyndaqel* (tafamidis) dans le traitement de l'amylose à transthyrétine (TTR) de forme héréditaire ou sénile chez les patients adultes présentant une cardiomyopathie.

Cette autorisation de mise sur le marché (AMM) d'un nouveau dosage à 61 mg du produit administré par voie orale fait suite à un avis favorable du comité des médicaments à usage humain (CMUH) de l'Agence européenne du médicament (EMA) rendu en décembre 2019.

Elle repose sur les résultats de l'étude phase III ATTR-ACT qui ont montré une réduction significative de la mortalité par rapport au placebo (29,5% vs 42,9%) et des hospitalisations dues à un événement cardiovasculaire.

Le produit est approuvé depuis 2011 en Europe dans le traitement de la TTR chez les patients adultes présentant une polyneuropathie symptomatique de stade 1 pour retarder le déficit neurologique périphérique.

Il bénéficie depuis septembre 2019 d'une recommandation temporaire d'utilisation (RTU) en France dans le traitement de la TTR chez les patients adultes présentant une insuffisance cardiaque restrictive de classe NYHA I, II ou III, rappelle-t-on.

L'amylose à transthyrétine est une malade rare et progressive qui se caractérise par une accumulation anormale de dépôts d'amyloïdes composés de protéines de transthyrétine dans les organes et les tissus. Elle peut avoir un impact sur le système nerveux périphérique, le coeur, les reins, le système gastro-intestinal et les yeux.

Vyndaqel* est le "premier et unique" traitement autorisé dans l'Union européenne pour les patients atteints de cette pathologie et présentant une cardiomyopathie, a souligné Pfizer dans son communiqué. Jusqu'ici, les seuls traitements approuvés étaient réduits à une gestion des symptômes de la maladie, ou, dans de "rares cas", à une transplantation du coeur et/ou du foie, a-t-il poursuivi.

Il s'agit aussi du premier médicament à détenir deux indications pour traiter des complications liées à la TTR, en cardiologie et en neurologie, a-t-il noté.

Source: APMnews

 
La thématique Amyloses cardiaques reçoit le soutien de
Pfizer Maladies rares
Dépêche précédente

Un programme de substitution du sel réduit l'HTA dans la population générale

Dépêche suivante

Hépatite C: l'ANSM renforce la mise en garde sur la co-administration de sofosbuvir et d'amiodarone

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire