Etudes SPIRE 1 et SPIRE 2 - les leçons d’un programme interrompu prématurément

Mis à jour le mardi 21 mars 2017
dans

Washington, 17/03/17- Le programme SPIRE a testé l’efficacité du bococizumab, un anticorps anti-PSCK9 humanisé destiné à baisser le taux de LDLc. Ce programme a dû être arrêté de façon prématurée en raison de l’apparition d’anticorps atténuant l’effet de la molécule. Cependant, et même si le développement de la molécule a été arrêté, les résultats des 2 principales études d’intervention ont été présentés ce jour à l’ACC, avec des messages importants à retenir.

ACC.17

Le bococizumab est l’un des 3 anticorps monoclonaux anti-PCSK9 évalués dans le cadre d’études cliniques. Contrairement aux 2 autres, le bococizumab est un anticorps partiellement humanisé avec 97% d’homologie avec l’homme, entrainant un sur-risque d’immunisation. Le programme SPIRE a testé l’efficacité et la sécurité du bococizumab à travers 6 études multinationales. Il a dû être arrêté de façon prématurée devant l’apparition d’anticorps atténuant l’effet de la molécule chez environ la moitié des patients à 52 semaines.

En dépit de l’arrêt prématuré du programme, des résultats intéressants ont pu être tirés des études SPIRE-1 and SPIRE-2 qui ont comparé l’effet de la molécule au placebo chez les patients à haut risque cardiovasculaire. Ces résultats ont été présentés ce jour à l’ACC avec publication simultanée dans le NEJM. Le bococizumab, rajouté au traitement classique par statine, a diminué le taux de LDL de 55-60%, mais cet effet a été significativement atténué par chez 10 à 15% en raison de l’apparition des anticorps. Il y avait une nette variabilité de l’effet sur le LDL, y compris chez les patients qui n’ont pas développé d’anticorps, montrant la nécessité d’un dosage régulier chez les patients afin d’apprécier l’effet.

Chez les patients à haut risque de SPIRE-2 (16 817 patients, LDL>100mg/dl), mais pas chez ceux à moins haut risque de SPIRE-1 (10 621 patients, LDL>70mg/dl), le bococizumab a entrainé une diminution des événements cardiovasculaires malgré l’arrêt prématuré de l’étude, l’apparition d’anticorps et la variabilité interindividuelle de la réponse au traitement (hazard ratio, 0.99; Intervalle de confiance à 95% 0.80 to 1.22; P = 0.94). Le bénéfice clinique a été meilleur parmi les patients chez qui une diminution plus importante et plus soutenue du LDL a été obtenue, confirmant l’intérêt d’obtenir une réduction drastique du LDL.

Bien que le bococizumab ne soit probablement jamais commercialisé, les résultats du programme SPIRE auront contribué à prouver l’efficacité des inhibiteurs de la PCSK9 sur la réduction des événements cardiovasculaires en cas de réduction significative et soutenue du LDLc.

Nicole KARAM, d’après la présentation de Paul RIDKER durant les LBCT de l’ACC.17 et la publication du NEJM « Safety and Cardiovascular Event Efficacy of Bococizumab Among 27,000 High Risk Patients ».

Cardiovascular Efficacy and Safety of Bococizumab in High-Risk Patients - Paul M Ridker et al. N Engl J Med. doi:10.1056/NEJMoa1701488

Interview

François SCHIELE, Besançon

 

Retrouvez toute la synthèse du congrès de l'ACC

Les résumés d'études   Les interviews   Les brèves

 

 

Ce programme vous est proposé grâce au soutien d'Amgen

Mots clés: Médicament Médicament

Dépêche précédente

L’étude FOURIER : un franc succès biologique et clinique !

Dépêche suivante

Le traitement ininterrompu par dabigatran est supérieur à la warfarine en péri-ablation de FA

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire