Endocardite infectieuse : un relais des antibiotiques intraveineux par les antibiotiques oraux efficace et sûr

Publié le mercredi 29 août 2018
dans

Congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) 2018

MUNICH, 28 août 2018 (APMnews) - Le traitement antibiotique intraveineux des patients souffrant d'endocardite infectieuse du coeur gauche peut être remplacé, quand les patients sont stabilisés, par un traitement antibiotique oral, montre une étude randomisée présentée mardi lors de la dernière session "Hotline" du congrès de la Société européenne de cardiologie (ESC) à Munich, et publiée en ligne par le New England Journal of Medicine (NEJM).

Le traitement habituel de l'endocardite passe par une antibiothérapie intraveineuse pouvant durer jusqu'à 6 semaines. Après la stabilisation des patients, la principale raison pour les garder à l'hôpital est le fait que l'antibiothérapie soit intraveineuse, mais l'hospitalisation prolongée peut conduire à des complications. Il y a une tendance à renvoyer les patients à leur domicile mais la mise en oeuvre du traitement intraveineux peut y être compliquée.

Pour ces différentes raisons, Henning Bundgaard de l'hôpital universitaire de Copenhague et ses collègues ont conduit au Danemark l'étude POET pour évaluer les possibilités de faire un relais avec une antibiothérapie orale.

Ils ont randomisé 400 patients présentant une endocardite du coeur gauche liée à un streptocoque, E. faecalis ou S. aureus, stabilisés après au moins 10 jours par une antibiothérapie intraveineuse, entre la poursuite de celle-ci ou le relais par des antibiotiques oraux.

Le critère primaire de l'étude incluait la mortalité toutes causes, les chirurgies cardiaques non programmées, les événements emboliques et les récidives de bactériémie, à 6 mois. Il s'agissait d'une étude de non-infériorité.

Ce critère a été atteint chez 12,1% des patients qui ont continué le traitement intraveineux et 9% de ceux passés au traitement oral. La différence n'est pas statistiquement significative.

Les chercheurs considèrent donc que la non-infériorité de l'antibiothérapie orale a été démontrée.

Le traitement oral a permis aux patients de sortir de l'hôpital plus rapidement. Alors que les patients qui ont continué leur traitement intraveineux ont passé leurs 19 jours de traitement restants à l'hôpital, ceux qui ont switché vers le traitement oral ne sont restés que 3 de leurs 17 jours de traitement restants à l'hôpital et sont ensuite rentrés chez eux, a indiqué le chercheur danois.

(NEJM, publication en ligne du 28 août)

Source : APM International

Toute l'actualité de l'ESC 2018

Mots clés: Médicament Médicament

Dépêche précédente

Hausse de la mortalité à 5 ans avec le stent actif ultrafin à polymère biodégradable Orsiro

Dépêche suivante

Insuffisance cardiaque : la télémédecine permet de réduire les décès et la durée d'hospitalisation

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire