Empagliflozine et risque cardiovasculaire chez les diabétiques: un effet visible en quelques semaines

Publié le jeudi 18 juin 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 15 juin 2020 (APMnews) - Un effet protecteur de l'antidiabétique empagliflozine sur le risque d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque ou de décès chez les diabétiques de type 2 est visible dès quelques semaines de traitement et le bénéfice se maintient ensuite, selon une analyse de l'étude EMPA-REG OUTCOME présentée au congrès virtuel de l'American Diabetes Association (ADA).

Dans cette étude publiée il y a 5 ans, l'inhibiteur du SGLT2 ajouté à un traitement antidiabétique standard chez des patients à risque a diminué le risque cardiovasculaire. Notamment, il y avait une diminution de 38% de la mortalité cardiovasculaire et de 35% du risque d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque, rappelle-t-on.Dans sa présentation à l'ADA 2020, Subodh Verma de l'université de Toronto a présenté une analyse jour par jour du risque d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque et de décès dans les groupes empagliflozine et placebo.Il s'avère que le risque d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque a été diminué en quelques jours, atteignant un bénéfice maximal au 17e jour avec une division par 10 du risque durant cette courte période.Par la suite, la baisse de risque s'est maintenue et, comme cela avait déjà été montré, sur la durée le risque d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque était diminué de 35%.Le même calcul a été fait pour le cumul des décès cardiovasculaires et hospitalisations pour insuffisance cardiaque. Pour ce critère double, il a fallu 27 jours pour atteindre l'effet maximum, qui était une réduction de 72% du risque. Et sur l'ensemble de la durée de l'étude, le risque de décès cardiovasculaires et hospitalisations pour insuffisance cardiaque était diminué de 34%.Pour les seuls décès cardiovasculaires, la baisse de risque était un peu plus lente, l'effet maximum étant atteint au jour 59 (pour une baisse de risque à ce moment-là de 72%).

Source: APMnews

Dépêche précédente

Maladie coronaire: une activité physique importante augmente le risque de mort subite cardiaque

Dépêche suivante

Télésuivi de l'insuffisance cardiaque: une réduction des hospitalisations, mais pas de la mortalité (étude française)

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire