Echec d'un agoniste des récepteurs à l'adénosine dans l'insuffisance cardiaque (essai PANACHE)

Publié le lundi 18 mars 2019
dans

Le congrès de l'American College of Cardiology (ACC) 2019

ACC 2019

LA NOUVELLE-ORLÉANS, 18 mars 2019 (APMnews) - Le neladenoson bialanate, un agoniste partiel des récepteurs A1 à l'adénosine développé par Bayer, n'a pas démontré d'efficacité par rapport à un placebo dans l'insuffisance cardiaque à fraction d'éjection préservée, dans une étude de phase IIb présentée samedi au congrès de l'American College of Cardiology (ACC) à La Nouvelle-Orléans.

L'essai PANACHE, sélectionné pour une présentation lors d'une session spéciale du congrès de l'ACC, était le premier essai d'un agoniste partiel A1 dans l'insuffisance cardiaque à fraction d'éjection préservée. Des études expérimentales avaient montré que le neladenoson (BAY1067197) améliorait la fonction endométriale, l'activité de la SERCA2a -une molécule clé intervenant dans la régulation du calcium au cours du cycle cardiaque et dans la pathologie des anomalies contractiles dans l'insuffisance cardiaque-, inversait le remodelage ventriculaire et avait des effets cardioprotecteurs anti-ischémiques, rappellent Sanjiv Shah de la Northwestern University à Chicago.

Au total, 305 patients ont été randomisés entre 5 doses différentes de neladenoson et un placebo.

Il n'y a eu aucun effet dose-réponse du neladenoson sur la distance parcourue au test de marche de 6 minutes après 20 semaines de traitement, ce qui constituait le critère principal de jugement, selon le diaporama associé à la présentation de l'étude au congrès.

Il n'y a eu aucune différence non plus sur l'intensité de l'activité physique, sur la troponine T ultrasensible, sur le NT-proBNP ni sur la qualité de vie.

De même, aucune différence n'a été notée concernant les effets indésirables majeurs, par rapport au placebo.

Pour autant, un effet pharmacologique était bien présent, puisqu'il y avait une diminution progressive du taux de filtration glomérulaire et de la fréquence cardiaque avec la dose de neladenoson. Les chercheurs ont en outre vérifié que le traitement avait été bien suivi, 98% des patients ayant un niveau d'adhésion au traitement d'au moins 80%.

Ils suggèrent que les données précliniques n'étaient peut-être pas été suffisantes avant de se lancer dans une évaluation clinique.

L'essai PANTHEON, présenté au congrès de l'European Society of Cardiology (ESC) en août 2018, n'était pas non plus parvenu à montrer une efficacité du neladenoson dans l'insuffisance cardiaque à fraction d'éjection réduite, note-t-on.

Source : APM News

Toute l'actualité de l'ACC 2019

Image par défaut

Programme Scientifique : Journées Européennes de la Société Française de Cardiologie (JE SFC 2019) — Activité physique et réadaptation dans l'insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque à fraction d'éjection ventriculaire gauche préservée

Intervenant: Marie-Christine Iliou
Dépêche précédente

Moins de risque d'infarctus en cas de vaccination contre la grippe

Dépêche suivante

La FDA recommande d'éviter les ballonnets et stents recouverts de paclitaxel dans l'artériopathie périphérique

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire