Diabète et prévention primaire cardiovasculaire : le bénéfice des statines corrélé au niveau d'observance

Publié le jeudi 15 juillet 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 13 juillet 2021 (APMnews) - Les statines utilisées en prévention primaire cardiovasculaire chez les patients diabétiques sont bien associées à une réduction du risque cardiovasculaire, qui varie avec le degré d'observance au traitement et avec l'âge des patients, met en évidence une étude danoise publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

Le bénéfice des statines en prévention primaire cardiovasculaire chez les diabétiques a été montré dans de précédentes études, mais il y a peu de données concernant les diabétiques à faible risque. En outre, il y a des incohérences sur les niveaux de LDL-cholestérol pour guider la stratégie, et on ne sait pas si un niveau d'observance élevé réduit davantage le risque chez les diabétiques, soulignent Morten Malmborg de la Danish Heart Foundation à Copenhague et ses collègues.

Ils se sont donc attelés à étudier cela, à partir des registres nationaux, incluant dans leur étude tous les patients sans antécédent cardiovasculaire, insuffisance rénale ni cancer, ayant un nouveau diagnostic de diabète de type 2, âgés de 40 à 89 ans, entre 2005 et 2011 et toujours en vie 18 mois après le diagnostic. Chez les patients s'étant procuré des statines dans les 6 mois suivant le diagnostic, ils ont calculé l'observance (la proportion de jours couverts par le traitement délivré) pendant 1 an, après cette période de 6 mois après diagnostic.

Sur 77.170 patients inclus, 56% étaient traités par statines, dont 72% avaient une observance d'au moins 80%. Le risque d'infarctus, d'accident vasculaire cérébral (AVC) ou de décès de toute cause a été calculé sur 5 ans.

L'utilisation des statines était associée à une réduction significative de ce risque à 5 ans, dans tous les groupes d'âge chez les hommes, et à partir de 50 ans chez les femmes. Ainsi, chez les hommes de 70 à 79 ans, le risque sous statine était de 22,9% contre 29,1% chez les hommes non traités, soit une différence de risque de 6,2%. La réduction du risque augmentait avec l'âge chez les hommes: la différence de risque était de 1,1% à 40-49 ans, et atteignait 12,9% à 80-89 ans.

Chez les femmes également, la réduction du risque augmentait avec l'âge, de 1,6% à 50-59 ans à 10,8% à 80-89 ans.

En outre, sur l'ensemble des patients, un niveau d'observance des statines supérieur à 80% était associé à un moindre risque: en prenant pour référence le niveau de risque associé à une observance de 80% ou plus, le risque standardisé était de 1,5% pour une observance de 60% à 80%, de 4,2% pour une observance de 40% à 60%, de 2,4% pour une observance de 20% à 40% et de 4,2% pour une observance inférieure à 20%.

"Cette étude nationale conforte l'utilisation des statines en prévention primaire contre les maladies cardiovasculaires ou les décès chez les patients diabétiques de type 2 à faible risque et en vie 18 mois après leur diagnostic, l'effet le plus fort étant observé chez les plus âgés", concluent les auteurs.

En outre, "une forte observance est importante pour maintenir cet effet", ajoutent-ils.

Source: APMnews

Dépêche précédente

Plus de 220.000 nouveaux patients traités chaque année par anticoagulants oraux pour une fibrillation atriale en France

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire