Dépister le cancer colorectal chez les coronariens ?

Publié le mardi 30 mai 2017

WASHINGTON, 29 mai 2017 (APMnews) - Les personnes souffrant de maladie coronaire ou présentant des facteurs de risque cardiovasculaire semblent avoir un risque augmenté de polype ou cancer colorectal, selon une étude publiée par le Journal of the American College of Cardiology (JACC) qui pose la question du dépistage.

"Des données émergent suggérant une association entre la maladie cardiovasculaire et plusieurs cancers, dont le cancer colorectal", rappellent David Niederseer et ses collègues de l'université Paracelse de Salzbourg en Autriche. Cette association serait due à des facteurs de risque communs comme l'obésité, le diabète, le tabagisme, une mauvaise alimentation...Ils se sont intéressés plus particulièrement au cancer colorectal, en étudiant 2.098 participants à un programme de dépistage de ce cancer.Parmi les participants, 5% avaient une maladie coronaire. La probabilité de dépister un polype était augmentée de 51% et celle de dépister un cancer était multipliée par 2,6.Les chercheurs ont divisé les autres participants en 3 groupes en fonction de leur niveau de risque cardiovasculaire (sur la base du score de Framingham).Par rapport au groupe ayant le plus bas risque cardiovasculaire, le groupe à risque cardiovasculaire intermédiaire avait une probabilité de dépister un polype presque doublée et une probabilité de cancer augmentée de 66%. Le groupe à risque cardiovasculaire le plus élevé avait une probabilité de polype plus que triplée et une probabilité de cancer presque quadruplée.Les auteurs reconnaissent que leur étude souffre de quelques limitations méthodologiques. Néanmoins, "nos données suggèrent qu'un dépistage par coloscopie serait particulièrement indiqué chez les personnes ayant une maladie coronaire connue ou ayant un niveau de risque cardiovasculaire élevé, pour détecter des cancers colorectaux potentiellement traitables", concluent-ils.(JACC, 9 mai, vol.69, n°18, p2348-2350)Source : APM International

Dépêche précédente

Un infarctus sur 5 survenant chez les coronariens stables est lié à une thrombose de stent très tardive

Dépêche suivante

Embolie pulmonaire: le monoxyde d'azote inhalé sans bénéfice cardiaque

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire