Le citalopram et l’oméprazole, seuls ou combinés, sont associés à un sur-risque de mort subite

Publié le vendredi 25 octobre 2019
dans
APM news

WASHINGTON, 21 octobre 2019 (APMnews) - L’antidépresseur citalopram et l’inhibiteur de la pompe à proton oméprazole, en association ou non, apparaissent associés à un sur-risque de mort subite, selon une étude taïwanaise parue dans le Journal of the American Heart Association (JAHA). 

Les antidépresseurs tricycliques ont été associés à un sur-risque de mort subite et d’infarctus. A ce titre, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) sont considérés comme plus sûrs. Cependant, le citalopram, l’un des ISRS les plus prescrits, a fait l’objet d’une mise en garde par la Food and Drug Administration (FDA) pour les dosages supérieurs à 40 mg/jour vis-à-vis d’un risque d’allongement de l’intervalle QT et de torsades de pointe.

De son côté, l’oméprazole est un inhibiteur de pompe à proton très utilisé et connu pour influencer l’activité de cytochromes impliqués dans le catabolisme du citalopram. Des études ont montré qu’il augmentait le risque de syndrome coronaire aigu chez des patients sous clopidogrel du fait de l’interaction entre les deux médicaments.

Wen-Tung Wu du Tri-service General Hospital de Taipei (Taïwan) et ses collègues ont donc souhaité évaluer le risque de mort subite lié à ces traitements, associés ou non.

Ils ont réalisé cette étude sur une cohorte rétrospective de patients traités par citalopram seul (3.882 patients), oméprazole seul (31.090 patients) ou en association (405 patients) qu’ils ont comparés à 141.508 patients traités par d’autres antidépresseurs et/ou inhibiteurs de la pompe à proton (IPP).

Le sur-risque ajusté de mort subite sous citalopram seul est de +32%, le sur-risque ajusté sous oméprazole seul est de +8% et le sur-risque ajusté avec la combinaison des deux est multiplié par 2,23.

La combinaison des deux traitements confère donc un risque plus grand que les deux médicaments pris séparément. De plus, l’incidence cumulative de mort subite était plus prononcée chez les patients traités par la combinaison des deux traitements.

La combinaison de ces traitements conduit à une prolongation significative de l’intervalle QT, comme cela a été montré pour le citalopram seul.

Sachant que ces traitements sont souvent coprescrits chez des sujets âgés, ces résultats méritent que l'on étudie leurs implications cliniques, estiment les auteurs.

Source: APMnews

Dépêche précédente

Maladie coronaire prématurée: maladie inflammatoire et origine ethnique s’ajoutent aux facteurs classiques de mauvais pronostic

Dépêche suivante

Prendre les médicaments hypotenseurs le soir diminuerait les risques de maladies cardiovasculaires de 45%

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire