Choc cardiogénique : milrinone et dobutamine font jeu égal

Publié le mercredi 11 août 2021
dans
APM news

WASHINGTON, 9 août 2021 (APMnews) - Les agents inotropes dobutamine et milrinone apparaissent aussi efficaces l'un que l'autre dans la prise en charge du choc cardiogénique, selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine (NEJM).

Le traitement inotrope est un pilier de la prise en charge du choc cardiogénique. La milrinone et la dobutamine sont couramment utilisées mais les données comparatives sont rares.

La milrinone est souvent préférée chez les patients ayant une hypertension pulmonaire sévère, en raison de son mécanisme supposé de réduction de la pression artérielle pulmonaire et d'amélioration de la fonction ventriculaire droite, notent les auteurs. Quant à la dobutamine, des inquiétudes ont été soulevées concernant ses effets sur la fréquence cardiaque et la consommation d'oxygène myocardique, freinant son utilisation chez les patients à risque de tachy-arythmie ou d'ischémie myocardique.

L'utilisation préférentielle de l'une ou l'autre est basée sur les préférences des médecins et sur les bénéfices théoriques liés à leurs mécanismes d'action, rappellent Rebecca Mathew de l'University of Ottawa Heart Institute et ses collègues.

Ils ont randomisé en double aveugle 192 patients ayant un choc cardiogénique entre milrinone et dobutamine, et évalué les effets sur le critère composite des décès intra-hospitaliers de toute cause, arrêts cardiaques ressuscités, greffes cardiaques ou assistance circulatoire mécanique, infarctus non fatals, accidents ischémiques transitoires (AIT) ou accidents vasculaires cérébraux (AVC), ou initiations d'une épuration extrarénale.

Ces effets sont survenus chez 49% des patients dans le groupe milrinone contre 54% dans le groupe dobutamine, sans différence statistiquement significative.

Il n'y avait pas de différence non plus sur chacun des composants individuels.

Source: APMnews

Mots clés: Médicament Médicament , Recherche Recherche

Dépêche précédente

Plus de 220.000 nouveaux patients traités chaque année par anticoagulants oraux pour une fibrillation atriale en France

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire