Chirurgie non cardiaque : l'efficacité de l'aspirine en prévention maintenue à 1 an en cas d'antécédent d'angioplastie

Publié le jeudi 27 février 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 25 février 2020 (APMnews) - Le bénéfice de l'aspirine peropératoire en chirurgie non cardiaque pour la prévention des infarctus, observé chez les patients avec antécédent d'angioplastie, est maintenu à 1 an, selon une étude internationale publiée dans Anesthesiology.

L'essai POISE-2 a évalué l'efficacité de l'aspirine et de la clonidine en prévention des infarctus peropératoires lors de chirurgies non cardiaques. Les 2 s'étaient avérées inefficaces à 30 jours, mais chez un sous-groupe de patients avec antécédent d'angioplastie, l'aspirine s'était montrée efficace, avec une diminution de 49% du risque de décès et d'infarctus non fatal.

Daniel Sessler de la Cleveland Clinic (Ohio) et ses collègues rapportent les résultats à 1 an de cet essai, dans lequel 10.010 patients présentant une athérosclérose ou à risque et devant recevoir une chirurgie non cardiaque programmée ont été randomisés entre clonidine + aspirine, clonidine + placebo d'aspirine, aspirine + placebo de clonidine, et les 2 placebos, débutés juste avant la chirurgie. L'aspirine était poursuivie 30 jours chez les patients non sous aspirine auparavant, et seulement 7 jours pour ceux qui en prenaient déjà. La clonidine était poursuivie pendant 72 heures.

A 1 an, ni la clonidine ni l'aspirine n'ont eu d'effet significatif sur le risque de décès ou infarctus non fatal.

Mais l'aspirine restait associée à une réduction statistiquement significative de ce risque dans le sous-groupe de patients avec antécédent d'angioplastie, de 42% à 1 an. Chez les patients sans antécédent d'angioplastie, le risque relatif était de 1,03.

Il n'y a eu aucun effet de l'aspirine ni de la clonidine sur le risque de décès (considéré de façon isolée), de complications cardiovasculaires, de cancer ou de douleur chronique au site opératoire.

Source: APMnews

Dépêche précédente

AVC: bénéfice maintenu sur au moins 5 ans d'un taux cible de LDL-cholestérol en-dessous de 0,7 g/L

Dépêche suivante

L'asthme persistant est associé à un plus grand risque de fibrillation atriale

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire