Chirurgie cardiaque sous CEC : la ventilation protectrice ne diminue pas les complications respiratoires postopératoires

Publié le mercredi 25 septembre 2019
dans

PARIS, 25 septembre 2019 (APMnews) - Une stratégie de ventilation protectrice, avec pression expiratoire positive élevée et recrutement alvéolaire systématique, n'a pas permis de diminuer les complications respiratoires postopératoires chez les patients de chirurgie cardiaque sous circulation extra-corporelle (CEC), dans une large étude française présentée samedi au congrès de la Société française d'anesthésie et de réanimation (Sfar) à Paris.

La chirurgie cardiaque sous CEC est souvent associée à des complications respiratoires postopératoires, liées à une sensibilité accrue aux atélectasies peropératoires. Une pression expiratoire positive (PEP) basse est traditionnellement utilisée dans ce type de chirurgie. En outre, chez la plupart des patients, la ventilation est arrêtée pendant la CEC, a rappelé David Lagier de l'hôpital de la Timone à Marseille (AP-HM), lors de la présentation des résultats en session

Une stratégie de ventilation protectrice dite open-lung a été développée, visant à maintenir les alvéoles ouvertes en appliquant un haut niveau de PEP et des manoeuvres de recrutement alvéolaire systématiques. L'essai PROVECS a évalué cette stratégie dans le contexte de la chirurgie cardiaque sous CEC. Au total, 493 patients ont été randomisés entre cette stratégie protectrice (volume courant de 3 mL/kg, PEP à 8 cmH2O, manoeuvres de recrutement systématiques) et une ventilation conventionnelle (pas de ventilation durant la CEC, PEP maintenue à 2 cmH2O, sans manoeuvres de recrutement).

Le taux de complications respiratoires à 7 j n'était pas significativement différent entre les 2 groupes (environ 55% avec la ventilation protectrice et 60% avec la ventilation conventionnelle). Il n'y avait aucune différence non plus pour chaque type de complication respiratoire, quel que soit son grade.

Le nombre médian de jours passés hors réanimation (5 j et 5 j) n'était pas significativement différent entre les 2 groupes.

Une hypothèse pour expliquer cette absence de bénéfice est qu'en chirurgie cardiaque une sternotomie est réalisée, dès lors la stratégie open lung n'est peut-être pas efficace en raison d'une question de distribution de l'air, qui va se placer dans la région ventrale, a évoqué David Lagier.

Source : APMnews

Mots clés: Interventionnel Interventionnel

Dépêche précédente

Les IEC diminueraient les risques de diabète de type 2

Dépêche suivante

Chirurgie cardiaque : une prescription de fibrinogène contraire aux recommandations dans 64% des cas

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire