Chirurgie cardiaque : l'acide tranexamique à haute dose réduit le recours aux transfusions par rapport à la faible dose

Publié le mercredi 3 août 2022
dans
APM news

WASHINGTON, 26 juillet 2022 (APMnews) - L'acide tranexamique à haute dose est associé à une réduction modeste du recours aux transfusions tout en étant aussi sûr qu'à faible dose, chez les patients recevant une chirurgie cardiaque sous circulation extracorporelle (CEC), selon une large étude randomisée chinoise publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

L'acide tranexamique est recommandé pour la réduction des pertes sanguines et des transfusions en chirurgie cardiaque. Mais à certaines doses, des convulsions post-opératoires ont été observées, entraînant accident vasculaire cérébral (AVC) et décès. Or dans les chirurgies cardiaques longues, il a été suggéré qu'une seule dose d'acide tranexamique ne serait probablement pas suffisante, et qu'une perfusion en continu procurerait une efficacité anti-fibrinolytique plus stable et un moindre risque d'effets indésirables, rappellent les auteurs.

Jia Shi de l'hôpital Fuwai à Pékin et ses collègues ont comparé l'efficacité et les évènements indésirables associés à l'acide tranexamique à haute dose ou à faible dose dans une large étude multicentrique randomisée en double aveugle, portant sur 3.079 patients recevant une chirurgie cardiaque sous CEC.

Ils ont reçu après l'induction anesthésique l'aide tranexamique soit à haute dose (bolus de 30 mg/kg et dose d'entretien de 16 mg/kg/h avec une dose d'amorçage de 2 mg/kg), soit à faible dose (bolus de 10 mg/kg et dose d'entretien de 2 mg/kg/h avec une dose d'amorçage de 1 mg/kg).

Le taux de transfusion de globules rouges allogénique a été de 21,8% dans le groupe assigné à l'acide tranexamique à haute dose contre 26,0% dans le groupe assigné à la faible dose. Le risque relatif de transfusion était significativement réduit de 16% avec la forte dose.

Parallèlement, la dose élevée d'acide tranexamique s'est avérée non inférieure à la faible dose en termes de sécurité, avec 17,6% contre 16,8% d'évènements d'un critère composite survenant dans les 30 jours (convulsions postopératoires, néphropathie de stade KDIGO 2 ou 3, évènements thrombotiques, mortalité de toute cause). Sur ce point l'acide tranexamique à haute dose remplissait les critères de non-infériorité par rapport à l'acide tranexamique à faible dose.

Les convulsions en particulier sont survenues chez 1,0% des patients dans le groupe haute dose contre 0,4% dans le groupe faible dose, une différence non statistiquement significative.

"La décision d'utiliser l'acide tranexamique à haute dose vs faible dose dépend probablement du risque d'hémorragie opératoire [selon qu'il s'agit d'une] chirurgie à coeur ouvert ou non ouvert", suggèrent les auteurs.

(JAMA, publication du 26 juillet, vol 328 N°4 p336-346)

Source: APMnews

 
La thématique Cardiologie interventionnelle reçoit le soutien de
Philipslogo
Dépêche précédente

Infarctus et choc cardiogénique : mortalité augmentée avec l'assistance ventriculaire vs ballon intra-aortique

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire