Bénéfice du rivaroxaban dans la thrombose portale chronique chez les patients sans facteur de risque élevé

Publié le vendredi 2 avril 2021
dans
APM news

PARIS, 24 mars 2021 (APMnews) - Chez les patients atteints d'une thrombose de la veine porte, sans facteur de risque élevé de récidive, un traitement de deux ans par rivaroxaban (Xarelto*, Bayer) a permis une réduction significative du risque de récidive, selon un essai français randomisé présenté lors des Journées francophones d'hépato-gastroentérologie et d'oncologie digestive (JFHOD).

Les complications les plus fréquentes de la thrombose portale chronique sont la récidive de thrombose et les hémorragies digestives. Un traitement anticoagulant est recommandé chez les patients ayant un facteur de risque élevé de récidive.

En revanche, il n'y a pas de recommandation claire sur l'anticoagulation au long cours chez les autres patients et, habituellement, le traitement anticoagulant est interrompu 6 mois après la thrombose porte aiguë, ou introduit, au cas par cas s'il y a un diagnostic de cavernome, a rappelé Aurélie Plessier de l'hôpital Beaujon à Clichy (AP-HP, Hauts-de-Seine).

Avec ses collègues, ils ont évalué, dans l'étude RIPORT (PHRC 2011) l’effet du rivaroxaban sur le risque de récidive de thrombose veineuse profonde et de décès, chez des patients ayant une thrombose portale chronique sans facteur de risque élevé.

Les patients traités par rivaroxaban 15mg/j étaient comparés à des patients non traités. Une stratification en fonction du traitement anticoagulant à l’inclusion était réalisée.

En raison d'un nombre élevé de récidives, une analyse intermédiaire, menée 28 mois après le début des inclusions, a conduit à interrompre l'étude et à administrer l'anticoagulant aux patients du groupe contrôle.

Les résultats portent sur 56 patients traités par rivaroxaban, versus 55 dans le groupe contrôle, suivis en médiane 11,8 mois.

La survie sans événement thrombotique était significativement plus élevée dans le groupe rivaroxaban. Le taux d'incidence des événements thrombotiques était de 0 pour 100 patients-années dans le groupe rivaroxaban, versus 19,7 pour 100 patients-années dans le groupe contrôle. Dans le groupe témoin ont été dénombrés : 3 phlébites, 3 embolies pulmonaires et 4 thromboses splanchniques survenues chez 10 patients.

Une analyse en sous-groupe, en fonction de l'anticoagulation à l'inclusion, a mis en évidence un bénéfice particulièrement important du rivaroxaban chez les patients sous anticoagulants à l'inclusion, alors qu'il n'était pas significatif chez les patients sans anticoagulant au début de l'étude.

Après un suivi médian de 10,1 mois, les investigateurs rapportent trois hémorragies, toutes liées à l'hypertension portale (dont deux dans le groupe rivaroxaban).

Les investigateurs estiment au vu de ces résultats qu'un traitement par rivaroxaban d'au moins deux ans réduit le risque de thrombose sans augmenter le risque hémorragique, en particulier chez les patients prétraités par rivaroxaban.

Source: APMnews

Mots clés: Thrombose Thrombose , Vasculaire Vasculaire

Dépêche précédente

Infarctus ST+ : la mortalité à 30 jours accrue chez les patients sans facteur de risque cardiovasculaire modifiable

Dépêche suivante

Pas d'augmentation des thrombo-embolies chez les patients Covid-19 non hospitalisés

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire