Artériopathie périphérique : une étude juge immérité le recours croissant à l’athérectomie

Publié le mercredi 10 juillet 2019
dans

WASHINGTON, 10 juillet 2019 (APMnews) - L’athérectomie comme traitement des maladies artérielles périphériques tibiales ou fémoropoplitées sévères est associée à un mauvais pronostic à long terme, souligne une étude parue dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

Niveditta Ramkumar du Dartmouth Institute for Health Policy and Clinical Practice à Lebanon (Pennsylvanie) et ses collègues ont analysé les données du registre Medicare-linked VQI (Vascular Quality Initiative) concernant les interventions endovasculaires réalisées entre 2010 et 2015. Ils ont comparé le pronostic des patients après angioplastie transluminale percutanée (ATP) seule, athérectomie avec ou sans ATP, et pose de stent (avec ou sans ATP).

Parmi 16.838 patients éligibles, 11% ont été traités par athérectomie, 40% par ATP seule, 49% par stent.

Les patients athérectomisés ont souvent bénéficié d’un traitement artériel fémoropoplité (65% dans le groupe athérectomie, 49% dans le groupe ATP, 43% dans le groupe stent) et présentaient plus souvent un score de sévérité de la maladie (TASC) plus important. Un score TASC B ou plus était ainsi observé chez 77% des patients athérectomisés, 68% des patients traités par ATP et 67% des patients ayant reçu un stent.

Le taux d’événements majeurs (amputations et autres événements) au niveau des membres inférieurs à 5 ans était de 38% après athérectomie, 33% après ATP et 32% après stent.

Par rapport à l’ATP, l’athérectomie ne présentait pas de risque significativement différent, en dehors d’un risque 51% plus élevé d'amputation, statistiquement significatif.

En revanche, en comparaison au stent, l’athérectomie est apparue associée à un risque 3,66 fois plus élevé d’amputations majeures, 2,73 fois plus élevé d’amputations et 61% plus élevé d’événements indésirables.

"Le pronostic plus péjoratif et les coûts plus élevés de l’athérectomie par rapport à d’autres options de traitement interrogent son recours ubiquitaire en pratique", estiment les auteurs. Ils considèrent que l’athérectomie a rencontré un succès trop rapide et immérité.

"L'angioplastie transluminale percutanée et la pose de stent devraient rester le traitement endovasculaire de première ligne des maladies artérielles périphériques tant que les indications appropriées de l’athérectomie n’ont pas été identifiées", concluent-ils.

Source : APMnews

Mots clés: Interventionnel Interventionnel

Dépêche précédente

Infarctus ST+ "pur": le délai optimal pour reperfuser serait plus court qu'actuellement recommandé

Dépêche suivante

Un régime modérément hypocalorique améliore le profil cardiométabolique chez les personnes jeunes

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire