Angioplastie après infarctus : la bivalirudine fait jeu égal avec l'héparine chez les patients âgés

Publié le jeudi 23 avril 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 21 avril 2020 (APMnews) - La bivalirudine et l'héparine en monothérapie sont associées à des taux d'évènements ischémiques et hémorragiques similaires chez les patients âgés ayant un infarctus traités par angioplastie, selon une étude publiée dans Circulation: Cardiovascular Interventions.

Les patients âgés ont un risque élevé de complications ischémiques et hémorragiques après une angioplastie pour infarctus, et la stratégie anticoagulante optimale n'est pas déterminée chez ces patients. Plusieurs études comparant la bivalirudine et l'héparine, chez les patients de la population générale, ont donné des résultats conflictuels, après que les premières ont montré un avantage pour la bivalirudine. Mais les patients âgés sont sous-représentés dans ces essais et il est difficile d'en tirer des conclusions pour ce groupe particulier, soulignent les auteurs.

Axel Wester de l'hôpital universitaire Skane à Lund (Suède) et ses collègues rapportent les résultats du sous-groupe de 1.592 patients âgés de 75 ans et plus ayant participé à l'étude randomisée VALIDATE-SWEDHEART. Celle-ci comparait bivalirudine et héparine après un infarctus, au cours de l'angioplastie, chez des patients recevant un traitement anti-agrégant plaquettaire moderne (par inhibiteurs de P2Y12).

Ces patients âgés avaient un risque d'évènements (décès de toute cause, ré-infarctus, hémorragie majeure) plus de 2 fois plus élevé par rapport aux 4.406 autres patients plus jeunes inclus.Le taux de ces évènements à 180 jours, critère principal d'évaluation, n'était pas significativement différent entre les groupes bivalirudine et héparine de patients âgés: 21,0% contre 20,7%, respectivement.

Il n'y avait pas non plus de différence statistiquement significative entre les 2 groupes concernant le taux de décès de toute cause, ré-infarctus, hémorragie majeure ou accident vasculaire cérébral (AVC) (21,5% contre 21,5%).

Aucun des composants individuels du critère primaire n'était significativement différent entre les 2 groupes, ni le taux de thrombose de stent, ni le taux d'AVC.Ces résultats sont cohérents avec les résultats de l'ensemble de l'étude VALIDATE-SWEDEHEART, mais pas avec ceux d'autres études comparant bivalirudine et héparine également chez des patients âgés, comme HORIZONS-AMI et EUROMAX, soulignent les auteurs. Ces essais ont montré moins d'évènements cliniques nets à 30 jours avec la bivalirudine, principalement du fait d'un plus faible taux de saignements. Mais il y avait un fort taux de coprescription d'anti-GPIIb/IIIa dans ces essais.

(Circulation: Cardiovascular Interventions, publication en ligne du 27 mars)

Source : APMnews

Dépêche précédente

AOD dans la fibrillation atriale : l'apixaban efficace et encore plus sûr en cas de néphropathie chronique

Dépêche suivante

Énoncé de position de l'EAPCI sur la prise en charge invasive des syndromes coronariens aigus pendant la pandémie de COVID-19 : mise en perspective par le Pr Martine Gilard

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire