AVC : la thrombectomie associée à un risque accru de décès en cas d'endocardite infectieuse

Publié le vendredi 10 mai 2019
dans

PHILADELPHIE, 10 mai 2019 (APMnews) - La thrombectomie mécanique est associée à un risque accru de décès chez les patients traités pour un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique avec une endocardite infectieuse, selon une étude présentée au congrès de l'American Academy of Neurology (AAN), qui s'achève cette semaine à Philadelphie.

En 2018, l'American Stroke Association (ASA, dépendant de l'American Heart Association) a recommandé de ne pas traiter les patients avec un AVC ischémique par thrombolyse intraveineuse lorsqu'ils présentent des signes d'endocardite infectieuse en raison d'un risque d'hémorragie intracrânienne, rappellent Karen Topiwala de la faculté de médecine du Connecticut à Farmington et ses collègues dans le résumé de leur communication orale.

Mais les données disponibles sont limitées concernant en particulier l'impact de la thrombectomie mécanique, réservée aux AVC ischémiques par occlusion des gros vaisseaux, chez les patients atteints d'endocardite infectieuse.

Les chercheurs ont utilisé l'échantillon national des patients hospitalisés (NIS) pour déterminer la prévalence de l'hémorragie intracrânienne et de la mortalité associée à la thrombolyse et à la thrombectomie chez les patients avec ou sans endocardite infectieuse.

Parmi près de 4,3 millions de patients adultes avec un AVC ischémique, 0,37% avaient un diagnostic d'endocardite infectieuse lors de leur admission.

La thrombolyse intraveineuse a été appliquée à 4,9% des patients sans endocardite et 4,2% des patients avec endocardite. La prévalence des hémorragies intracrâniennes était légèrement plus élevée chez les patients avec endocardite (23,2%) par rapport à ceux qui n'en avaient pas (21%), sans différence statistiquement significative.

En revanche, la mortalité était significativement plus élevée chez les patients traités par thrombolyse avec endocardite que sans, de 8,5% vs 4,2%.

Parmi les patients traités par thrombectomie, dont le nombre avec ou sans endocardite n'est pas précisé, les hémorragies intracrâniennes étaient aussi plus fréquentes chez les patients atteints d'endocardite que ceux sans, mais sans différence significative (9,4% vs 6,1%).

Avec la thrombectomie également, la mortalité était significativement plus élevée parmi les patients atteints d'endocardite infectieuse, de 4,2% vs 2,4% dans le groupe contrôle.

D'après l'analyse des données ajustées pour les facteurs potentiels de confusion, seule la thrombectomie reste significativement associée à un risque accru de décès chez les patients avec une endocardite infectieuse, multiplié par 5,3 par rapport à ceux sans endocardite.

Ces résultats suggèrent que des travaux complémentaires doivent être menés pour comprendre les mécanismes sous-jacents à cette mortalité accrue avec la thrombectomie dans cette population, concluent les chercheurs.

Source : APM News

 

Dépêche précédente

AMM européenne conditionnelle pour un antidote aux anticoagulants anti-facteur Xa

Dépêche suivante

Fibrillation atriale : l'anticoagulation orale reste sous-optimale en France après l'introduction des AOD

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire